AccueilAccueil  ahjce.frahjce.fr  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Sam 25 Mar 2017 - 22:48

C'est parti pour la suite des aventures d'Agnès dans la campagne de Dunwich.

Main de départ:
- Perception.
- Connaissance interdite.
- Lumière aveuglante.
- Flétrissement.
- Attiré vers la flamme.


Une main d'enfer et sans mulligan! Autant dire que je ne me pose aucune question et que je la garde.

Prologue:

Agnès écouta avec attention. Il est aisé d'être attentif quand votre existence et votre santé mentale dépendent de ce que vous savez. Le récit du professeur Armitage sur les événements de Dunwich, comment il s'y trouva impliqué avec Rice et Morgan, l'intervention et la mort étrange de Wilbur Whateley, la description de son cadavre impie...tout cela constituait une histoire étrange et violente que tout individu sain d'esprit aurait entendue avec des frissons de terreur. La jeune femme l'écouta, le dos calé contre les oreillers, en sirotant un thé au jasmin...et ce malgré Mary qui hurlait dans sa tête depuis qu'Armitage avait prononcé un mot : Necronomicon.
« Dites-m'en plus sur ce livre. »
« J'aurais dû le brûler, mais je n'ai pu m'y résoudre. J'ignore combien il reste d'exemplaires de la traduction de Wormius dans le monde...un à Londres, j'en suis à peu près sûr, et sans doute un autre dans l'Enfer du Vatican. »
« Pourquoi est-il si important ? »
Armitage sembla vieillir encore un peu plus. À ce rythme, songea Agnès, il va s'écrouler en poussière de momie avant midi.
« Ce livre est une malédiction. Whateley disposait d'une traduction plus tardive, celle de Dee, mais elle ne lui suffisait pas. Il voulait les sorts d'origine, les rituels immondes dans leur forme la plus pure et la plus puissante. Il est mort maintenant mais je sais aujourd'hui que d'autres viendront et ce savoir...ce savoir ne doit pas tomber entre leurs mains. »
« Vous l'avez mis en sécurité ? »
« Au musée. Je l'ai confié à mon ami, Harold Walsted, qui est aussi le conservateur de l'établissement, et je lui ai demandé de le mettre à l'abri dans la salle à accès restreint. Mais je crains désormais que cela ne soit pas suffisant. »
« ...et vous voudriez que je le récupère ? »
« Oui... mais ce sera difficile. Vos exploits à l'université ont quelque peu bouleversé Arkham, ainsi que la découverte de la chose que vous avez abattue. Les patrouilles de police ont été renforcées et comme l'université est en collaboration étroite avec le musée, les lieux sont envahis d'inspecteurs qui interrogent tout le monde. »
« Pourquoi ne demandez-vous pas simplement à votre ami de vous le rendre ? »
« Il ne le fera pas : c'est un conservateur de l'ancienne école, voyez-vous. Et je ne suis pas sûr de vouloir lui expliquer pourquoi il devrait me le rendre... »
Agnès bâilla et se laissa glisser entre les draps en murmurant :
« Les policiers aussi ont besoin de sommeil. Réveillez-moi quand la nuit sera tombée. J'irai chercher ce bouquin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Sam 25 Mar 2017 - 23:23

Tour 1.

Actions du tour:
- Attiré vers la flamme. Pioche d'une terreur de l'au-delà; je choisis événement et je défausse ma lumière aveuglante. Je récupère les deux indices que je dépense pour avancer aussitôt à l'acte 2 "La nuit au musée" en compagnie d'Adam Lynch.
- Déplacement dans le hall du musée.
- Pose du flétrissement.

Pioche.
Rituel de recherche +1R (3R).


Agnès resserra autour d'elle son manteau de laine. Le professeur Morgan avait eu l'amabilité d'aller chercher chez elle, dans l'après-midi, quelques affaires. Elle rougit légèrement en pensant qu'il avait parcouru sa garde-robe, ce qui provoqua l'immédiate réprimande de Mary :
    « Il faut vraiment que tu te décoinces un peu ! »
    « Je ne vois pas ce que tu veux dire...non ! Pas d'images ! Si tu fais ça, j'irai à l'office tous les dimanches pendant un mois ! »
    Ignorant les grommellements devenus indistincts de son ancêtre, Agnès leva la tête vers le majestueux musée Miskatonic au bout de la rue. C'était sans doute le lieu le plus fréquenté de la ville par les touristes...en fait, c'était probablement la seule raison de la présence de touristes à Arkham. Agnès l'avait parcouru deux fois au cours de sorties scolaires et elle avait gardé le souvenir de hauts plafonds peints, de statues qui lui avaient semblé hideuses et d'un ennui mortel. Depuis, elle n'y avait jamais remis les pieds.
    La lumière lunaire drapait l'imposant bâtiment d'une lueur menaçante tandis que la jeune femme montait les larges escaliers et passait sous les colonnes cannelées. Elle poussa la porte pour constater qu'elle était évidemment fermée ; une lueur provenant d'une fenêtre proche l'attira et elle vit à travers la vitre un agent de sécurité assoupi sur un bureau.
    « Jette donc une grosse pierre. »
    « Tu ne trouves pas ça un peu excessif ? »
    « Pas sur la vitre. Sur lui. C'est une honte de s'endormir à son poste. »
    Agnès haussa les épaules et se contenta de tapoter sur le cadre de la fenêtre. L'homme sursauta, se leva et vint ouvrir avec prudence :
    « Que voulez-vous...Oh ! C'est vous mademoiselle Agnès ? Qu'est-ce que vous faites ici à cette heure ? »
    Agnès laissa échapper un cri de surprise :
    « Adam ? Adam Lynch ? Mais vous étiez docker la semaine dernière ? »
    « Ben oui mademoiselle mais on m'a viré vous savez. J'ai trouvé cet emploi, je devais avoir une formation mais le gardien officiel est tombé malade, son remplaçant s'est cassé la jambe...alors voilà quoi. »
    Agnès était un peu décontenancée. Adam était un gentil garçon d'une vingtaine d'années qui ne se définissait pas par son esprit brillant et un habitué du Glenn's...elle n'aimait guère l'idée de le manipuler.
    « Tout de suite les grands mots. Dis-toi que c'est pour son bien. »
    « Adam...vous voulez bien me laisser entrer ? »
    « Ben, c'est-à-dire que c'est interdit mademoiselle. »
    « Adam... »
    « Oui mademoiselle Agnès ? »
    « Si vous ne me faites pas entrer, vous allez mourir. Probablement dans d'atroces souffrances. »
    Le jeune homme voulut sourire, croisa le regard de sa serveuse préférée dont il était, en secret, un peu amoureux, devint blanc comme un linge.
    Trois minutes après, Agnès était dans le hall du musée auprès d'un Adam pour le moins nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khudzlin
Investigateur averti
avatar

Folie grandissante : 744
Localisation : Paris
Age : 34

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Dim 26 Mar 2017 - 17:35

Toujours un plaisir de te lire. Au passage, il n'y a pas de mensonge dans ce que dit Agnes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Dim 26 Mar 2017 - 22:28

@Khudzlin a écrit:
Toujours un plaisir de te lire
Merci! Smile
@Khudzlin a écrit:
Au passage, il n'y a pas de mensonge dans ce que dit Agnes...
Oui et non...elle pressent qu'il y aura des problèmes mais elle ignore encore la présence de l'horreur chasseresse dans le musée. Donc ça reste un peu de la manipulation.

J'adorerais passer une partie de la nuit sur la suite, mais ça devra attendre une plus grande disponibilité. En fait, je ne devrais pas poster avant d'avoir tout écrit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Mar 28 Mar 2017 - 20:39

Tour 2.

Fatalité +1 (1/5).
Renforcement: Exposition temporaire. jet (+ perception) : (succès...inattendu mais je ne m'en plaindrai pas). La perception me fait piocher une autre perception.

Actions du tour:
1- Pose de Connaissance interdite.
2- Déplacement dans le bureau de la sécurité (version "regardez la face révélée d'une salle d'exposition").
3- +1R (4R).

Pioche: Manteau en cuir +1R (5R).

Le tout nouveau gardien essuyait régulièrement ses mains sur son uniforme en laissant des traces sombres d'humidité sur le velours côtelé. Ce geste répété agaçait profondément Agnès, presque autant que l'incapacité du jeune homme à répondre à ses questions :
« Comment ça, « aucune idée » ? »
« Je vous assure... »
« Vous êtes gardien au musée et vous ignorez où se trouve la salle à accès restreint ? »
« Ben...je me suis dit que c'était pour ça qu'elle avait ce nom... »
Agnès lui jeta un regard noir. C'était presque ridicule : un musée immense, vide de toute présence en dehors de la sienne et de celle d'un presque gamin aussi utile qu'une bouteille d'alcool dans une réunion de la ligue de tempérance locale...et elle n'avait même pas pensé à se renseigner sur l'emplacement de cette salle auprès d'Armitage. Inutile de crier sur Adam : elle avait été aussi idiote que lui. Il leva un regard navré :
« Désolé mademoiselle Agnès... »
Agnès soupira. Elle regarda autour d'elle dans l'espoir d'une indication mais les quelques panneaux indicatifs ne signalaient rien de ce qu'elle cherchait. Entre les colonnes du hall, des animaux naturalisés la regardaient avec des yeux de verre sombre où semblait briller une flamme pâle. Ce n'était que le reflet de l'éclairage bien sûr...elle en était presque certaine. Elle s'arracha à cette contemplation pour entraîner Adam jusqu'à la salle de surveillance, une pièce de taille modeste ; sur la table, les reliefs d'un repas sommaire et le fond d'une bouteille voisinaient avec un manuel d'instruction concernant la sécurité du musée. Plusieurs cartes étaient affichées sur les murs qui indiquaient différentes salles d'exposition mais aucune ne spécifiait laquelle était restreinte. Agnès s'empara de l'une d'entre elles, se tourna vers Adam :
« Vous allez rester ici pendant que je cherche la salle qui m'intéresse. »
« Mais enfin, vous n'y pensez pas...et puis je ne comprends toujours pas : vous avez parlé d'un danger...je ne vois rien de dangereux. »
La jeune femme le regarda. Elle sentit le feu s'emparer de ses pupilles, Adam devint un ectoplasme doré parcouru de veines écarlates, pulsantes, convergeant vers un cœur affolé. Elle baissa les paupières, rouvrit les yeux sur un monde normal. Le gardien avait reculé jusqu'au mur comme s'il avait voulu se fondre à l'intérieur. Qu'avait-il bien pu voir, lui ?
« Restez ici. »
Il hocha frénétiquement la tête en réponse. Quand Agnès eut quitté la pièce, elle l'entendit fermer à clé derrière elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Mar 28 Mar 2017 - 21:13

Tour 3.

Fatalité +1 (2/5).
Renforcement: Au-delà du voile s'incruste dans ma zone de menace. Le renfort est Passage dans le voile (au moins c'est cohérent). Test de tenté sans bonus. (-1): succès.

Actions du tour:
1- Pose du rituel de recherche.
2- +1R (2R).
3- Utilisation du Rituel de recherche: Succès. Découverte des deux indices dans le bureau de la sécurité.

Pioche: Sort de protection (que j'aime avoir cette carte en main!) +1R (3R).


Le plan était clair, les couloirs bien fléchés...mais le musée prenait une dimension labyrinthique étrange sous la pâle lumière qu'on maintenait pendant la nuit. Agnès ressentait une impression de malaise, un écoeurement comme si elle avait pris le bateau par temps agité. Ce n'était pas agréable, d'autant que les portraits accrochés aux murs semblaient la suivre des yeux et les ombres s'étendre à des endroits d'où la lumière aurait dû les chasser. Elle s'arrêta une minute, s'assit sur une chaise après avoir retiré le cordon qui la protégeait et sur lequel était accroché un petit panneau « précieux et fragile ». elle déplia la carte sur ses genoux, se repéra, prit un escalier pour arriver à l'étage.
L'impression de vertige se dissipait maintenant qu'elle voyait à nouveau l'extérieur à travers les fenêtres à résilles de plomb. Elle respirait plus librement, sentait qu'elle retrouvait une certaine acuité des sens...une acuité inhabituelle même : les lignes des objets se détachaient avec une précision surnaturelle, il lui semblait entendre le grignotement des insectes dans les boiseries du mur, un effleurement du dos de sa main contre une tapisserie un peu rêche la fit sursauter tant la sensation lui avait paru brutale.
« Mary ! Que fais-tu ? »
« Je ne fais rien...ou presque rien. C'est ton esprit de sorcière qui s'éveille parce qu'il se sent en danger. Alors il prend les devants. »
« En danger de quoi. »
« Quelque chose te cherche. Ou plutôt, quelque chose le cherche. »
« Le livre ! »
« Bien sûr, le livre. Et si tu savais combien sont morts pour le Nécronomicon, tu comprendrais aisément qu'une sorcière de plus n'allongerait guère la liste. »
Une flamme de révolte s'alluma dans le cœur de la jeune femme.
« Je ne mourrai peut-être pas si facilement ! »
« Les autres aussi ont dû dire un truc approchant. Ouvre les yeux au lieu de faire des grandes phrases. Les cimetières sont pleins de grandes phrases gravées sur des tombes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Mer 29 Mar 2017 - 18:24

Tour 4.

Fatalité +1 (3/5).
Renforcement: Horreur chasseresse (bah voilà, ça c'est fait!). Je lui attache "engendré par l'ombre" et elle m'engage aussitôt. Contrarié, j'incline la connaissance interdite: +1R (4R); 1 pour Agnès et 1 pour l'Horreur chasseresse.

Actions du tour:
1- Combat avec le flétrissement (-3): succès. L'Horreur chasseresse retourne dans le néant.
2- Déplacement dans le Hall.
3- Dépense d'un indice: j'installe une salle d'exposition.

Pioche: Chanceux +1R (5R).


Mary avait raison bien sûr : ouvrir les yeux et les oreilles était tellement plus efficace que rouler des épaules. Pourtant, ce fut plus une impression fugace qu'une sensation définie qui saisit soudain Agnès et la fit s'arrêter net alors qu'elle avançait d'un bon pas dans le couloir, une impression qui lui sauva la vie : une sorte de fouet écailleux siffla si près de son nez que l'odeur d'autre monde l'envahit aussitôt, douceâtre, amère, métallique. Mais ce fouet était un corps reptilien agile qui se tordit et lança vers le visage de la jeune femme une gueule rougeoyante largement ouverte sur des crocs démesurés. Les réflexes d'Agnès aussi étaient devenus plus vifs : elle évita de peu l'attaque et la mâchoire se referma à quelques centimètres de sa joue ; la queue de la créature fouetta presque simultanément, obligeant la sorcière à reculer et à trébucher. Elle lança le sort alors même qu'elle tombait en arrière mais la griffe mystique ne frappa que du vide, balafra le lambris précieux qui couvrait le mur.
La disparition de la créature ne laissa qu'un vide scintillant, bref, vite rempli par l'air environnant. Agnès recula jusqu'au mur sur les fesses, la main tendue devant elle. La brusque montée d'adrénaline faisait battre son cœur à toute allure.
« Je l'ai raté ? »
« Elle s'est esquivée. »
« Elle ? »
« Une horreur chasseresse. Sois sûre qu'elle ne te lâchera pas. »
« Comment je la détruis ? »
« Tu ne peux pas. Au mieux, tu la repousses. À moins que...»
Agnès poussa un juron si inhabituel chez elle qu'elle en rougit. Elle se releva sans cesser de scruter les ombres.
« A moins que quoi ?! »
« Le Nécronomicon doit contenir tous les sorts d'invocation et de bannissement nécessaires pour ce genre de créatures. »
« Merveilleux...Je n'ai toujours aucune idée de son emplacement. »
« Et bien cherche. »
Agnès avança jusqu'au bout du couloir en rasant les murs et en scrutant les ombres jusqu'à s'en donner mal à la tête. Un panneau au bout d'un escalier qui redescendait vers le hall attira son attention : il indiquait les bureaux de l'administration. Un bon endroit, sans doute, pour trouver l'emplacement de la salle à accès restreint.
Elle descendit les marches. L'escalier formait une longue courbe et la ramena … dans le hall d'où elle était partie. Elle retint avec peine une série d'autres mots imagés que les clients du Glenn's auraient été surpris d'entendre dans sa bouche et suivit le discret couloir qui menait au bureau administratif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Mer 29 Mar 2017 - 19:06

Tour 5.

Fatalité +1 (4/5).
Renforcement: Coup du sort. (-2): 1

Actions du tour:
1- Déplacement dans le bureau de l'administration version "Vous ne pouvez pas enquêter tant que vous avez quatre cartes ou moins".
2- Pioche: batte de base-ball.
3- Utilisation du rituel de recherche. (-1): succès. Découverte de deux indices.

Pioche: Sombres souvenirs Sad  +1R (6R).


Le couloir était étroit et décoré par les portraits des conservateurs successifs du musée. Agnès ne fut pas surprise en constatant que les derniers semblaient sensiblement plus angoissés que les précédents. Le Nécronomicon ne devait pas être le seul objet inquiétant de la collection du Miskatonic : il était de notoriété publique que le fond ésotérique du bâtiment s'était considérablement enrichi depuis une vingtaine d'années. Gérer un tel musée devait être éprouvant pour les nerfs.
    Il y eut un brusque mouvement dans l'ombre. Agnès sursauta, recula vivement et sa tête heurta une des appliques en bronze du mur. Elle poussa un cri, porta la main à son crâne, sentit la blessure sous ses doigts et le sang qui coulait. Un sifflement moqueur, fantomatique, sembla sourdre de l'obscurité...mais rien d'autre. Agnès repartit en se massant le crâne, passablement mécontente d'elle-même. Elle ouvrit avec une certaine brutalité la porte de bois épais qui terminait le couloir. Le bureau était méthodiquement rangé, depuis les livres organisés par ordre alphabétique jusqu'aux piles de formulaires triés par catégories sur les bureaux. Cet ordre avait quelque chose d'apaisant :  le tic tac de la pendule murale, les porte-plumes parallèles près des encriers rebouchés, la lumière douce... une présence forte d'une réalité quotidienne et simple ; Agnès prit le temps de respirer profondément avant d'explorer l'endroit. Après quelques minutes, le bureau était sensiblement moins ordonné...mais la jeune femme savait que les collections les plus sécurisées étaient dans l'aile nord du musée, clairement identifiée sur son plan. La salle qui l'intéressait devait être dans cette zone.
    Inconsciemment, elle restait aux aguets des ombres mais elles étaient peu nombreuses dans cette salle. Pourtant, un léger mouvement derrière un rideau lui fit lever soudain la tête. Rien de conséquent ne pouvait se cacher là, bien sûr...mais Agnès commençait à prendre conscience que l'espace n'avait pas forcément la même signification pour elle que pour d'autres. Elle prit une statuette sur un des bureaux, la jeta dans l'angle concerné, prête à découper en lanières ce qui en sortirait. Mais il ne se passa rien. Soulagée, elle se détourna, rejoignit la porte en passant devant la fenêtre. Machinalement, elle jeta un œil à l'extérieur, vit son reflet...
    ...un visage en lambeaux, dévasté, mort, qui était pourtant le sien.
    Elle ne hurla même pas, se couvrit la face avec les mains, dit d'une voix blanche :
    « Pourquoi me fais-tu ça ? »
    « Nos souvenirs se mêlent, Agnès. Je n'y peux rien. »
    « Tu mens ! »
    « Je n'ai aucun moyen de te prouver le contraire. »
    La jeune femme ne dit plus rien. Elle se détourna de la fenêtre, marcha en chancelant un peu vers la sortie du bureau, ne se retourna pas une seule fois avant de tirer la porte derrière elle.


Dernière édition par Thierry le Ven 31 Mar 2017 - 10:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Mer 29 Mar 2017 - 20:48

Tour 6.

Fatalité +1 (5/5). Passage à l'intrigue 2. L'Horreur chasseresse est générée dans le hall.
Renforcement: Brouillard couvrant (attaché au bureau de l'administration que je viens de vider...ça me va).

Actions du tour:
1- Sombre souvenir...comme si j'avais le choix.
2- Déplacement dans le hall. Engagement de l'Horreur chasseresse. Utilisation de connaissance interdite pour +1R (5R), +1   et 1 sur la bestiole.
3- Combat avec le flétrissement (-1): succès. 2 sur l'Horreur.

Phase d'ennemis: 1 et 1  sur Agnès. L'Horreur subit 1 en retour et repart dans le néant.

Pioche: Dr Henry Armitage. +1R (6R).


Heureusement pour Agnès, l'horreur chasseresse ne la guettait pas dans le couloir : les dents serrées, les poings crispés contre le ventre, le front barré d'une ride profonde, elle était si concentrée sur l'évacuation de l'image qui lui avait sauté à la figure qu'elle n'aurait pas réagi au surgissement d'un éléphant à travers le mur. Elle en voulait à Mary, convaincue que cette dernière cherchait par une lente érosion à la remplacer définitivement, comme un vampire psychique, ou plutôt comme un de ces lierres étrangleurs qu'elle avait vus enlacer un arbre puis, de saison en saison, le phagocyter jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'une écorce lépreuse surmontée de branches rachitiques. Le lierre lui prospérait, ses feuilles vernissées éclatant d'une santé insolente.
    Le couloir n'en finissait pas et semblait se remplir de brume. La lignée des conservateurs prenait des allures fantastiques, semblait se prolonger à l'infini ; Agnès n'aurait pas été surprise d'arriver à des portraits représentants des hommes osseux, couverts de peaux de bêtes dans un décor de jungle moite...et après ? D'autres portraits encore, de moins en moins humains, sur une longueur invraisemblable jusqu'à une date si reculée qu'aucun calendrier ne pouvait la définir ? Et avant encore ? Pourquoi l'homme pensait-il que l'univers avait commencé avec lui ? Évidemment que le pasteur se trompait...et Agnès l'enviait de se tromper. C'était trop tard pour elle maintenant : elle savait.
    « Pourquoi est-ce que je me bats ? murmura-t-elle. C'est tellement futile... »
    En dépit de ces pensées funestes, elle avançait dans la brume qui s'éclaircissait et, malgré ses craintes de ne jamais voir le bout de ce couloir, elle déboucha à nouveau dans le hall où les animaux empaillés l'accueillirent avec leur sourire fixe et inhumain. L'ombre y semblait plus dense et plus étendue qu'auparavant, plus mouvante aussi.
    Plus sinueuse.
    La créature lui sauta dessus comme si elle avait surgi du néant, sensiblement plus grande qu'à sa première apparition, plus rapide aussi, plus féroce. Agnès évita les dents, pas la queue qui la frappa au ventre, la plia en deux dans un hoquet de douleur. L'horreur revint à la charge vers la silhouette humaine qui reprenait son souffle, ouvrit la gueule...mais les cheveux d'Agnès prirent une teinte d'écarlate, se déployèrent plus rapidement encore que la créature, la saisirent en plein bond et se refermèrent en un piège soyeux et mortel. Sur du vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Mer 29 Mar 2017 - 22:26

Tour 7.

Fatalité +1 (2/7...je hais le sombre souvenir).
Renforcement: Rampant derrière vous. Ah non! Sort de protection! 1 pour le pouvoir de dire non.

Actions du tour (ça va être assez monotone):
1- dépense d'un indice: j'installe une salle d'exposition.
2- dépense d'un indice: j'installe une salle d'exposition.
3- dépense d'un indice: j'installe une salle d'exposition.

Pioche: analgésiques +1R (6R).


Agnès fulminait. La tension que la présence permanente de cette créature, à la limite de sa conscience, lui infligeait se traduisait aussi physiquement : sa blessure au crâne l'irritait, le coup qu'elle venait de recevoir dans le ventre résonnait en échos sourds et douloureux, même la plaie due  à la créature du campus se rappelait à elle avec une intensité de fer rouge. La jeune femme mit la main dans sa poche, sentit le contact de la boîte d'analgésiques mais résista à l'envie d'avaler une paire de cachets : elle pressentait qu'elle aurait besoin de toutes sa volonté pour affronter la créature, ce n'était pas le moment d'amoindrir sa résistance mentale. La douleur attendrait.
    L'Horreur chasseresse semblait prendre un plaisir vicieux à errer à la limite de la perception de la sorcière. C'était comme un bourdonnement de moustique qu'on entend sans le voir, qu'on sent à proximité sans pouvoir jamais l'écraser parce qu'on ne l'aperçoit pas. Un gros moustique vipérin. Un très gros moustique malin et malfaisant...qui n'avait pas assez conscience qu'une perception de sorcière sort du commun.
    Quand elle surgit encore de l'ombre, Agnès l'attendait cette fois. Elle frappa dans ses mains. Ce fut l'équivalent psychique d'une porte claquée au nez de quelqu'un : il y eut une onde de choc qui souleva les tentures de la salle et les fourrures des animaux empaillés ; l'horreur se replia sur elle-même comme si elle avait véritablement heurté un mur, la structure de son corps souple parut exprimer une forme de désarroi, se tordit, disparut à nouveau mais en laissant en arrière une impression de frustration et de colère inhumaine.
    « Bravo. »
    Le ton de Mary était admiratif. Agnès essuya la sueur à son front, ne répondit rien : elle n'était pas encore prête à reprendre le contact avec son ancêtre.
    Elle atteignit rapidement la partie nord. Plusieurs couloirs partaient d'une salle centrale circulaire. Un panneau spécifiait que cette zone était en cours d'aménagement mais pas encore accessible au public...ce qui expliquait les plaques au sol, empilées, dont l'une signalait « Salle à accès restreint – Livres rares et ésotériques ». Aucune indication, bien sûr, sur la porte qui devait accueillir l'inscription en question. Agnès ne perdit pas de temps à réfléchir, s'engouffra dans un des couloirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Jeu 30 Mar 2017 - 18:54

Tour 8.

Fatalité +1 (3/7).
Renforcement: Froid de la crypte (+1): succès.

Actions du tour:
1- Déplacement dans la salle d'exposition (la dernière posée bien sûr...). Exposition sur Méduse.
2- Jet d'enquête + perception: (-4). Utilisation du Chanceux en réponse: succès. Un indice récupéré.
3- Déplacement dans le hall d'entrée.

Pioche: Sbire de la pègre (faiblesse). +1R (6R)

La porte de la salle d'exposition tourna sans bruit sur des gonds bien huilés. Une vague de froid s'engouffra aussitôt dans le couloir, un froid surnaturel qui gelait l'âme plus que les os, mais Agnès se raidit et passa outre : elle n'en était plus à une manifestation mystique près et celle-ci était loin d'être la plus impressionnante.
À première vue, ce n'était pas la salle que la jeune femme recherchait : on y trouvait principalement des statues dans des poses grotesques. Leurs attitudes n'avaient rien de très agréable : les corps tordus, les bras levés, les yeux écarquillés...tout indiquait une profonde terreur ; au mieux, c'était une intense surprise qui se peignait sur les visages. L'artiste avait fait preuve d'un talent exceptionnel pour s'approcher de la réalité : le marbre semblait prêt à s'échauffer et à prendre vie. Fascinée, Agnès s'approcha d'un buste dont le hurlement paraissait figé dans la pierre : avec un peu d'imagination, on pouvait presque l'entendre.
« Un hommage à Méduse...intéressant. Mais ce n'est pas ce que nous cherchons. »
« Méduse ? Comme l'animal ? Quel rapport avec ces statues ? »
« Tu es décourageante d'ignorance parfois. »
Agnès haussa les épaules, un peu vexée quand-même. Elle s'arracha à la contemplation des corps et des visages figés, passa devant une vitrine vide sur laquelle gisait un journal. L'article était consacré à l'artiste sculpteur, un homme jeune encore, au visage émacié, plutôt joli garçon. L'entretien qu'il avait accordé révélait que ses œuvres étaient le fruit de cauchemars particulièrement réalistes dans lesquels c'était lui-même qui tenait le rôle de Méduse : il voyait d'autres personnages tomber au piège de son regard, s'éveillait en sursaut et ne pouvait se débarrasser de la vision d'épouvante qu'en la transférant dans la pierre. Agnès reposa le journal en secouant la tête :
« Encore un bien atteint, murmura-t-elle. Ce ne serait pas un autre de tes descendants ? »
« Je ne peux pas me réincarner en homme. »
« Non ? Mais je suis sûre que tu peux leur gâcher l'existence sans trop d'efforts. »
Il était inutile de traîner davantage dans cette pièce : ce n'était pas le bon endroit. En revanche, dans l'article, le jeune sculpteur avait évoqué le fait qu'il était très heureux de voir ses statues exposées dans le musée et dans une salle contiguë à celle des livres rares. Les coups de chance ne se discutant pas, Agnès rejoignit la salle centrale circulaire. Elle s'apprêtait à suivre le couloir le plus proche de celui dont elle sortait quand une forte main se posa sur son épaule...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Jeu 30 Mar 2017 - 21:58

Tour 9.

Fatalité +1 (4/7).
Chance maudite.

Actions du tour:
1- Discussion avec le sbire:-4R et je le défausse.
2- Dépense d'un indice: j'installe une salle d'exposition.
3- Déplacement vers la dernière salle d'exposition posée: Salle à accès restreint. L'Horreur Chasseresse est générée (avec deux ressources) et m'engage. Passage à l'acte 3.

Phase des ennemis: attaque de l'Horreur chasseresse : 1 et 1 ...mais Agnès riposte en infligeant 1 à l'ennemi.

Phase d'entretien: connaissance interdite. +1R, 1 et donc 1 nouveau sur l'Horreur.
C'est un peu chaud: Agnès n'a plus que 3 points de vie et 2 points de santé mentale!

Pioche:
Héritage d'Hyperborée. +1R (4R).


Dans cette circonstance, Agnès apprit une leçon précieuse pour toute sorcière : le déploiement d'une sensibilité particulière aux phénomènes paranormaux va souvent de pair avec une certaine perte de repères dans la réalité. Elle n'avait pas senti l'odeur de la cigarette de l'homme, pas détecté sa silhouette massive contre le mur, encore moins perçu son approche dans son dos. Il la fit se retourner, referma son autre main sur sa gorge, la colla au mur.
« Vous avez été une vilaine fille, Miss Baker. Les O'Bannion tiennent à ce que vous sachiez que vous les avez contrariés. Je suis là pour porter le message.»
Par réflexe, Agnès avait saisi à deux mains l'avant-bras de son agresseur mais elle les retira aussitôt en sentant le flux magique se précipiter pour brûler tout ce qui se trouverait en contact avec lui.
« Que fais-tu ? Tu ne sens pas qu'il t'étrangle ?! »
« Cette fois, je réglerai les choses à ma manière... »
La jeune femme n'aurait pas juré pourtant que le vif et précis mouvement du genou était entièrement de son fait : elle n'avait jamais fait une chose pareille, ni jamais eu besoin de le faire. C'était du moins efficace : les yeux de l'homme s'écarquillèrent et il se plia doucement en deux en lâchant la gorge d'Agnès. La sorcière se pencha, saisit une des planches gravées qui devaient signaler les différentes salles de la partie nord, porta un coup violent au crâne de l'individu qui finit de s'effondrer au sol.
« Ah bravo ! commenta Mary avec aigreur. Très raffiné. Tellement plus civilisé que la sorcellerie. »
« Au moins, il est encore en vie ! »
« Et quand il va se réveiller ? Ce type connaît ton nom, donc ton adresse. Tu as pensé à ça ?»
« Un problème à la fois ! »
Agnès se pencha pour détailler l'homme de main et fouiller ses poches. Elle découvrit un couteau à cran d'arrêt, une matraque dans la poche arrière et un portefeuille. En explorant ce dernier, elle tomba sur une licence de détective privé avec une adresse dans le quartier nord. Elle ne fut pas surprise : plusieurs articles du Arkham Tribune que le patron du Glenn's laissait quotidiennement à disposition de ses clients évoquaient les relations troubles que la mafia locale pouvait entretenir avec des privés à la moralité douteuse. Celui-ci s'appelait Clem Stonewall et les billets craquants glissés dans la poche extérieure du portefeuille devaient représenter le prix de la chasse d'Agnès. À ce moment, l'homme grogna et bougea doucement. Agnès prit posément la planche près d'elle, l'appuya sur la gorge du privé, en travers de ses épaules, et appuya ses deux genoux dessus. Clem Stonewall suffoqua presque aussitôt.
« Monsieur Stonewall. Faisons court : vous manquez de temps pour les longs discours et moi aussi. »
L'homme hocha la tête autant qu'il put. Son visage virait au rouge déjà.
« Premier choix : vous m'oubliez, vous oubliez même que j'aie jamais existé et je vous fais verser quatre fois la somme que je viens de trouver dans votre portefeuille... »
La proposition éveilla une lueur de convoitise dans l'oeil de l'homme malgré sa position inconfortable.
« Deuxième choix : vous mourez stupidement ici. »
Un ricanement rauque échappa au détective, vite étranglé cependant par le poids implacable de la planche et par le regard brûlant de la femme penchée sur lui. Était-ce la lumière nocturne qui produisait ce rougeoiement dans la pupille élargie ? La voix aussi faisait passer un singulier frisson désagréable...
« Choisissez. Maintenant. »

Agnès poussa avec prudence la porte de la salle à accès restreint. L'odeur des livres l'accueillit.
« Ma méthode était plus sûre. »
« Je préfère la mienne. Armitage trouvera bien quelques fonds pour payer cet homme. Et puis je crois que nous avons un problème plus sérieux... »
Une ombre reptilienne immense flottait au plafond de la salle. Elle siffla de colère quand la sorcière entra.
« ...vraiment beaucoup plus sérieux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Ven 31 Mar 2017 - 9:16

Tour 10.

Fatalité +1 (5/7).
Renforcement: Rampant derrière vous. Pose d'un pion fatalité sur l'Horreur chasseresse (6/7).

Actions du tour:
1- Combat avec le flétrissement (+ Armitage + héritage d'Hyperborée...entre la chance maudite et l'Horreur qui est à 4 de combat, je n'ai pas envie de prendre de risque): -4...tout juste réussi! mais je ne défausse pas la chance maudite. L'Horreur subit 2 . La Connaissance interdite me fait tomber à 1 seul point de santé mentale mais me débarrasse de l'Horreur qui retourne une dernière fois dans le néant.
2- Pioche (on ne sait jamais: un bonus éventuel pour le jet d'enquête...): initiée aux arcanes, yep!
3- Enquête avec le rituel de recherche + initiée + analgésiques: -2. Succès et défausse de chance maudite. Je récupère les deux indices, ce qui m'amène à la fin du scénario.


La créature avait au moins doublé de taille et ses écailles avaient pris une profondeur de nuit et une matérialité métallique inquiétantes. Elle dessinait volutes et spirales, en nœuds crissants, tout en serpentant vers Agnès. Le visage levé, la jeune femme sentit une véritable peur l'envahir : elle doutait que ses sortilèges puissent vraiment blesser cette créature de l'ombre, surtout dans l'état de tension psychique dans lequel elle se trouvait. La simple présence de la créature engourdissait sa volonté maintenant, paralysait son corps...elle était comme un oiseau fasciné par un serpent. L'Horreur chasseresse descendit vers elle comme la foudre.
Ce fut Mary qui sauva la situation : le corps d'Agnès sauta malgré elle derrière le socle d'une imposante vitrine abritant des pierres gravées qui avaient dû connaître les pères de tous les pharaons. Le verre explosa en débris qui se répandirent, cascadant sur la sorcière qui protégeait sa tête avec ses bras. Quand elle les ramena devant elle, tremblants, ils étaient couverts d'estafilades.
« Réagis ! Comporte-toi en sorcière ! »
« Qu'est-ce que ça veut dire, se comporter en sorcière ? »
« Accepter la réalité ! »
Agnès se redressa au milieu du verre brisé. La créature avait repris sa danse hypnotique au plafond, attendait le meilleur moment pour plonger à nouveau sur sa proie...le sort fusa avec une férocité et une vélocité inattendues ; les écailles, traversées par la magie, se fendirent, révélèrent une chair pourpre qui paraissait vulnérable. L'Horreur émit une sorte de cri aigu et disparut dans l'ombre...pour réapparaître aussitôt derrière Agnès et frapper. La jeune femme était aux aguets cependant et elle évita à nouveau l'attaque en contournant le robuste socle de pierre et en s'abritant derrière ce dernier. De fureur, la créature se déploya dans la salle, fracassant plusieurs vitrines dans une pluie de verre ; sa taille monstrueuse était un handicap désormais mais elle ne lâcherait pas sa proie, ce n'était pas dans sa nature de le faire. Agnès avait profité de ce mouvement d'humeur pour s'éloigner discrètement et se dissimuler derrière une imposante statue dotée de plus de tentacules qu'il ne lui paraissait nécessaire. Et c'est de cette cachette qu'elle l'aperçut. LE livre.
Il était sous une vitrine qui avait miraculeusement échappé au carnage, adossé à un lutrin de bois précieux et incrusté d'ivoire jaunie ; les ferrures noircies encadraient un cuir de couverture à l'aspect malsain et inquiétant. C'était un ouvrage imposant : des centaines de pages d'un vélin qui avait dû être souple autrefois mais qui donnait maintenant l'impression, même à cette distance, de s'être racorni comme sous l'effet d'un feu intérieur. Agnès perçut trois sentiments qui émanaient de Mary : le respect et l'envie dominaient...mais la peur guettait, quelque part, en embuscade.
« Elle me cherche parce que je le cherche... »
Mary ne répondit rien : ce n'était pas une question. C'était déjà presque un plan en fait.
La créature tourna vivement la tête quand une tenture trembla près des fenêtres, se déploya comme l'éclair, mordit à travers le tissu qu'elle arracha et dispersa en lambeaux...il n'y avait rien. Elle se retourna, la gueule ouverte, en entendant le bruit du verre brisé.
Agnès était debout à côté du Nécronomicon, la main posée sur le livre, le regard tourné vers l'Horreur. Cette dernière eut un sifflement de triomphe anticipé, se replia comme un ressort...
« J'ai encore assez d'énergie pour un sort, tu sais... »
La couverture du livre se mit à fumer légèrement autour des doigts d'Agnès.
« …alors tu vas partir, sinon je le détruis. »
L'Horreur s'immobilisa, pantelante. On lui avait ordonné de protéger l'ouvrage et de tuer la sorcière. Elle pouvait faire l'un ou l'autre désormais, pas les deux. L'hésitation cruelle se dessinait dans les ondulations furieuses de sa queue tandis que sa tête aux yeux de rubis restait aussi fixe qu'une gargouille d'église. Elle sembla se tasser sur elle-même, diminuer de taille...
« Et ne te cache pas dans l'ombre : je le saurai. Pars. Rejoins ton maître... »
Une sorte de portail verdâtre s'ouvrit derrière la créature. Elle y entra à reculons et à regret.
« ...dis-lui que je vais venir. »
Tout d'un coup, la salle fut libérée de la présence de l'Horreur. Agnès poussa un soupir de soulagement, retira sa main de la couverture du Nécronomicon ; l'empreinte des cinq doigts y était clairement visible.
« Ta dernière phrase était inutilement héroïque et théâtrale. Tu le sais, ça ? »
« Oui, mais ça m'a fait du bien de le dire. Bon, maintenant... »
Elle souleva l'épais ouvrage, l'entrouvrit sur des images macabres, des schémas de pentacles, des sortilèges. Tout ceci se mouvait sous ses doigts de sorcière, l'encre semblait vouloir imbiber sa peau et ses ongles.
« ...qu'est-ce que nous allons faire de toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khudzlin
Investigateur averti
avatar

Folie grandissante : 744
Localisation : Paris
Age : 34

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Ven 31 Mar 2017 - 9:41

@Thierry a écrit:
1- Déplacement dans le bureau de l'administration version "4 cartes ou moins en main nécessaires".

Attention, c'est « vous ne pouvez pas enquêter si vous avez 4 cartes ou moins ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Ven 31 Mar 2017 - 10:15

@Khudzlin a écrit:
Attention, c'est « vous ne pouvez pas enquêter si vous avez 4 cartes ou moins ».

Tout à fait exact et c'est comme ça que je l'ai joué puisque, d'après mes notes, j'avais cinq cartes en main(c'est même pour ça que j'ai pioché)...c'est juste ma formulation dans ce compte-rendu qui est fausse. Je corrige ça dans l'instant après avoir posté l'épilogue.

Et bon anniversaire Khudzlin!! cheers


Dernière édition par Thierry le Ven 31 Mar 2017 - 10:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Ven 31 Mar 2017 - 10:15

Epilogue
De retour chez elle, Agnès monta dans sa salle de bains. Elle nettoya précautionneusement les estafilades de ses bras et celle de sa tête, refit du mieux qu'elle put le pansement de son épaule en suivant les conseils de Mary qui semblait avoir une longue expérience du traitement des blessures en tous genres. Ensuite, elle avala trois cachets d'analgésiques et se coucha tout habillée.

Quand le professeur Armitage, accompagné du professeur Morgan, se présenta chez elle le lendemain matin, elle prenait son petit-déjeuner : café, bacon, œufs brouillés, rôties, fruits. Elle sortit deux tasses supplémentaires, leur servit le liquide fumant, et ne put se retenir de sourire devant leurs visages pâles et leurs yeux cernés :
« Mauvais nuit, messieurs ? »
« C'est déjà un soulagement de vous trouver chez vous ce matin, Miss Baker. » lui répondit Morgan.
« Nous étions inquiets, renchérit Armitage, après notre visite au musée ce matin. La police était à nouveau là. On avait assommé le gardien, qui a parlé d'un homme mais qui a été incapable de le décrire précisément. Plusieurs vitrines ont été vandalisées et... »
Sa voix s'altéra un peu. Le professeur Morgan termina à sa place :
« Le Nécronomicon a disparu. La police pense à un cambriolage, bien sûr, mais... »
Agnès avait conscience de faire preuve d'une certaine cruauté en les laissant parler sans répondre à la question qui restait en suspens. Elle beurra sa rôtie, la recouvrit de bacon, mordit dedans de bon appétit, mais les mines déconfites des deux hommes qui n'avaient même pas touché à leur café finirent par lui faire de la peine. Elle poussa légèrement les tasses vers eux.
« Ne vous inquiétez pas messieurs. Je vous assure que le Nécronomicon est plus en sécurité qu'il ne l'a jamais été. Buvez. Mangez. Nous devons discuter de ce qui s'est passé cette nuit et de ce que nous allons faire maintenant. »

Ailleurs et un peu plus tôt, près des docks...
Trois vagabonds, des couvertures dépareillées sur les épaules se réchauffent autour d'un maigre feu. L'un d'eux, nouveau en ville, se renseigne auprès des deux autres. Ses questions sont étranges : il ne demande pas où on peut trouver du travail ou si la police locale est particulièrement féroce sur les lois contre la mendicité. Il demande si il se passe des choses inhabituelles dans la ville...
« Bah ouais ! Et pas qu'un peu ! »
« Des disparitions...
« ...des corps... « mutilés », qu'y disent dans les journaux... »
« ...une drôle eud'bestiole la nuit dernière, qu'a mis l'bazar à l'université... »
« ...et pis la gonzesse qu'est passée c'te nuit. J'l'ai trouvée ben louche elle. »
Le nouveau venu lève la tête à cette dernière remarque. Il a le visage hâlé sous l'ombre de son chapeau. Un gars de la campagne, pensent les deux autres, mais quelque chose en lui fait qu'on a envie de lui parler. Sa voix est bien modulée, presque chantante :
« Pourquoi louche ? »
« ben...on était là, avec l'Conrad et pis voilà qu'elle s'amène. Elle est sortie de la brume du matin, t'vois, cette saleté glaciale qui monte du fleuve. C'était pas une fille d'la haute, ça s'voyait, mais une jolie fille quand-même, t'vois ? »
« Ouais, renchérit son camarade en tendant ses mains vers le feu. Jolie, pour sûr...mais flippante, putain. Chais pas pourquoi mais j'y ai pas osé dire un mot. Et voilà qu'elle s'assoit à côté de moi ! »
« Elle avait un gros bouquin avec elle. Et v'la qu'elle le pose dans le feu. Y brûlait bizarre, avec des flammes de drôles de couleurs, comme l'eau du fleuve quand que du pétrole est tombé dedans. »
« Elle observe ça, elle, sans rien dire. Et quand que ça a été fini, elle se lève, nous regarde, j'crois ben qu'elle a souri...hein, Bob ? »
« Pour sûr qu'elle a souri, même qu'elle a dit...attends...elle a dit : « ça fait du bien, non ? » ».
« Pis elle est partie. Alors des trucs bizarres à Arkham...tu vois ce que je veux dire. C'est quand c'est pas bizarre qu'on s'inquiète, t'vois ? »
L'étranger hoche la tête. Il voit. Du bout de la chaussure, il retire du feu une ferrure tordue, ancienne. Son chien, allongé près de lui, tend la truffe, renifle le métal, gronde. L'homme se penche pour le caresser un peu et lui murmure :
« Je suis d'accord Duke. Le coin est intéressant, on va s'arrêter un moment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khudzlin
Investigateur averti
avatar

Folie grandissante : 744
Localisation : Paris
Age : 34

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Ven 31 Mar 2017 - 10:21

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Ven 31 Mar 2017 - 10:23

Voilà! Après les activités extrascolaires, c'est le deuxième scénario que j'ai le sentiment de finir de justesse...et pour peu d'XP en plus: deux misérables points. Je les investis dans un Chanceux expérimenté.

Ne déduisez pas de l'épilogue qu'Ashcan va se joindre à Agnès pour la suite de la campagne: j'avais juste envie de lui faire un clin d'oeil comme j'en avais déjà fait un sur Roland.

Merci ...et bravo si vous avez eu le courage de tout lire. Il ne me reste que la partie sur l'express du comté d'Essex à raconter: mes notes sont là, yapluqua, mais ce sera pour plus tard.

Bon jeu à tous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AL3X
Erudit de l'Occulte
avatar

Folie grandissante : 487
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Mar 4 Avr 2017 - 14:00

Ah que j'aime lire les aventures de ton Agnès...
Je retrouve l'ambiance de mes parties et je me sens moins seul à galérer (malgré les gens qui disent qu'Agnès est trop trop forte) !

Justement je l'ai joué hier soir pour la première fois le Musée...
5 XP récoltés, tout allait bien, et à la fin, l'Ombre Chasseresse m'a fait gros gros bobo... après 2 et 3 "-4" consécutifs... sur des tests "inratables"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Mar 4 Avr 2017 - 19:45

@AL3X a écrit:
après 2 et 3 "-4" consécutifs... sur des tests "inratables"

Statue grotesque je te dis lol!

En fait, je suis à la limite d'économiser pour m'en acheter une deuxième.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AL3X
Erudit de l'Occulte
avatar

Folie grandissante : 487
Localisation : Rennes

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   Mar 4 Avr 2017 - 22:11

Ah bah je viens de finir le scénario, vu comment je suis en train de pourrir mon bag, il va bien falloir une dizaine de statuettes Shocked affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Agnès (narration longue): Le Musée Miskatonic.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Agnès (narration longue): le dévoreur du dessous.
» Scénario "Musée Miskatonic" + "Châtier le Mal" de ZOey
» [Campagne][L'Héritage de Dunwich][Pack 1] Le Musée Miskatonic / The Miskatonic Museum
» Restauration pour le Musée de l'Air
» Photos du musée de Prague

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur à Arkham JCE :: Rencontres et Evenements :: Résultats et Reports-
Sauter vers: