AccueilAccueil  ahjce.frahjce.fr  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 9:52

De retour de vacances, je reprends le récit des aventures de mon investigatrice favorite qui s'attaque donc à la campagne de l'héritage de Dunwich.
Je n'enchaîne pas avec les scénarios de la boîte de base, c'est-à-dire que je pars sans traumatismes d'aucune sorte et que je reprends un paquet de base dont voici la composition, très simple et encore assez évidente vu le pool de cartes disponibles:

Cartes mystique:
- Attiré vers la flamme *2
- Rituel de recherche *2
- Sans peur *2
- Lumière aveuglante *2
- Flétrissement *2
- Saint Rosaire *2
- Connaissance interdite *2
- Sort de protection *2
- Divination *2
- Initiée aux arcanes *2

Cartes survivant:
- Chanceux *2
- Batte de base-ball *2
- Manteau de cuir *2

Cartes neutres:
- Courage inattendu *2
- Perception *2

Cartes obligatoires:
- Héritage d'Hyperborée *1
- Sombres souvenirs *1
- Faiblesse de base: Sbire de la pègre *1

    Comme vous le savez si vous avez lu mes autres compte-rendus, je m'éclate sur la narration de mes parties et j'essaie d'en faire un récit assez cohérent en enchaînant les différents scénarios. Il m'arrive parfois, par conséquent, de prendre quelques libertés avec les instructions de jeu quand je rédige Je vais continuer sur mon principe habituel en séparant les aspects techniques et le récit, ainsi les hardcore gamers pourront suivre la partie sans devoir se taper d'indigestes paragraphes narratifs lol!
    Et c'est parti pour le prologue.

Prologue:

         Le début de l'hiver était la période de l'année qu'Agnès préférait. Elle prenait plaisir à sentir l'approche timide mais inexorable du froid, à voir les jours raccourcir et le soleil se battre pour être doré encore alors que le temps du bleu et du blanc venait inexorablement. Elle suivait parfois des chemins invraisemblables pour se rendre à son travail et pour en revenir, juste pour profiter de cette saison de frontière entre les encore et les déjà. Et elle savait que Mary aimait cela aussi.
         Des semaines s'étaient écoulées depuis les événements qui avaient révélé sa dualité à la jeune femme et Mary n'était pas repartie, mais elle n'intervenait jamais vraiment, restant comme en embuscade ou en sommeil. Tout au plus, parfois, un client trop grossier ou trop imbibé qui s'était permis une réflexion déplacée se troublait soudain et balbutiait avant de quitter le Glenn's en catastrophe ; Agnès savait alors qu'il avait croisé le regard de la sorcière. Ces clients-là ne revenaient jamais, mais d'autres étaient apparus, un peu étranges, un peu marginaux. Ils venaient souvent, ne disaient pas grand-chose, se montraient toujours d'une parfaite politesse avec la jeune serveuse, une politesse qui ressemblait parfois à de la déférence.
         Ce soir-là, Agnès avait décidé de passer par le quartier du bord de la rivière. Le vent soulevait ses cheveux, elle avait remonté ses manches sur ses bras nus malgré les regards désapprobateurs des passants et elle chantonnait une comptine dont elle ne comprenait pas vraiment les paroles.
         Une voiture confortable était garée devant chez elle, le long du trottoir. Un homme assez âgé en descendit dès qu'il aperçut Agnès et se dirigea à grands pas vers elle, en dépit de toutes les règles de savoir-vivre. Il ôta nerveusement son chapeau, s'inclina brièvement :
         « Mademoiselle Baker je suppose ? Je me présente : docteur Henry Armitage. Je sais que mon attitude peut paraître inconvenante... »
         « Armitage ? L'éminent docteur Armitage de l'université Miskatonic ? Vous devez faire erreur, je ne vois pas ce que nous pourrions nous dire. Je n'ai même jamais mis les pieds à l'université : je suis serveuse depuis l'âge de quinze ans. »
         Le professeur prit une inspiration et dit, très vite et très bas :
         « Vous y étiez pourtant, à l'université, une nuit de l'été passé. C'est du moins ce que m'a révélé une lettre de mon estimé confrère, Peter Warren. »
         Il y eut un bref silence. Agnès ramena une mèche de cheveux derrière son oreille et demanda d'une voix douce :
         « Le professeur Warren ne s'est-il pas suicidé il y a quelques jours ? »
         « D'où cette lettre, qui en dit beaucoup sur vous. »
         « Enquêtez-vous sur moi ou me menacez-vous, professeur ? »
         « Ni l'un ni l'autre, mademoiselle : je n'ai pas les moyens de vous menacer de quoi que ce soit et je n'ai pas à enquêter sur vous pour croire à ...ce que vous pouvez être. Tout ce qui m'importe est la conviction qu'avait mon collègue que vous avez sauvé la ville cette nuit-là, ce que mes propres investigations ont confirmé. J'ai...j'ai besoin de votre aide. »
         Agnès prit familièrement le bras du docteur Armitage, un geste qui lui aurait paru impensable quelques semaines plus tôt, et l'entraîna vers le perron :
         « Vous allez m'expliquer ça. »


Dernière édition par Thierry le Ven 10 Mar 2017 - 22:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 12:24

Main de départ (après mulligan...quand j'ai vu ma deuxième main, j'ai vraiment espéré que les malfrats allaient me tomber dessus).

- Sort de protection.
- Initiée aux arcanes.
- Flétrissement.
- Connaissance interdite.
- Connaissance interdite.


Tour 1:

Actions du tour:
- Pose de connaissance interdite.
- Pose de connaissance interdite.
- Pose de flétrissement (-3R).

Phase d'ennemis: déplacement du chef de salle du club de trèfle dans La Bella Luna.

Pioche: courage inattendu. +1 R (3R).

Le professeur Armitage était reparti pour l'université et Agnès se tenait debout, pensive, devant sa modeste penderie. La jeune femme avait promis de faire quelque chose pour venir en aide aux professeurs Rice et Morgan dont on était sans nouvelles. Il eût été plus logique, sans doute, de partir d'abord à la recherche de Warren Rice car Armitage semblait particulièrement inquiet à son sujet mais l'intuition d'Agnès la poussait plutôt à pister Francis Morgan jusqu'au club de jeu clandestin qu'il fréquentait assidûment, toujours selon les dires d'Armitage.
D'où sa station dubitative devant ses vêtements.
« Et ma robe bleue ? »
« Celle qui te fait ressembler à une collégienne mormon ? Mets la petite noire. »
« Je ne mettrai pas cette robe ! Elle est indécente. D'ailleurs je ne l'ai jamais mise. On me l'a offerte par plaisanterie. Une mauvaise plaisanterie. »
« On te l'a offerte parce que c'était ton destin de la mettre ce soir ! Arrête de discuter et enfile la. C'est la seule qui convienne...en plus tu en meurs d'envie. Et tu sais que ça ne sert à rien de nier. »
Avec un soupir de protestation pour la forme, Agnès s'habilla. Elle prit un moment pour se regarder dans le miroir, s'envoya un clin d'oeil.
« Bon...je suppose que je suis prête. »
« Pas encore... »
La jeune femme sentit le fourmillement au bout de ses doigts. Elle n'avait pas oublié cette sensation malgré les semaines qui s'étaient écoulées, ni celle du léger échauffement dans sa poitrine, ni cette perception tout à coup plus nette, comme saisie au couteau, de ce qui l'environnait.
« ...maintenant, tu es prête. »

Devant La Bella Luna, le restaurant miteux et caricatural qui servait de couverture au club du trèfle, la crapule de service dans son costume à rayure regarda Agnès approcher, la jaugeant des pieds à la tête avec un regard qui aurait gêné n'importe quelle jeune fille bien élevée. Elle se sentit juste flattée comme par l'intérêt d'un animal qu'on peut aisément repousser d'un coup de pied. Il lui ouvrit la porte avec un rictus :
« Amusez-vous bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 12:52

Tour 2.

Fatalité +1 (1/4).
Chance maudite.

Actions du tour:
- Déplacement dans le lounge.
- Défausse de l'initiée pour gagner deux indices.
- Déplacement vers le bar.

Phase d'ennemis: le chef de salle se déplace dans le lounge.

Pioche:
Batte de base-ball. +1R (4R)



Dans l'escalier qui reliait la salle de restaurant quasiment vide au club de jeu, Agnès croisa un homme bien mis, de haute taille, avec une fleur blanche à la boutonnière. Il pouvait avoir entre quarante et cinquante ans et une large cicatrice à plusieurs branches coupait la moitié gauche de son visage. Son regard inquisiteur se posa sur la jeune femme qui évita soigneusement de le regarder et prit un air détaché...elle pressentait qu'il valait mieux ne pas se trouver au même endroit que cet individu et se réjouit de le voir monter jusqu'au restaurant.
Le lounge dans lequel elle aboutit était pour le moins luxueux : larges fauteuils et banquettes en cuir, meubles en acajou, superbes tableaux et statues féminines dans des positions pour le moins accueillantes. Une jeune femme derrière un comptoir lui sourit :
« Puis-je prendre vos affaires ? »
« Non merci, mais vous pouvez peut-être me renseigner. Je devais retrouver un de mes amis ici ce soir, Francis Morgan. Est-il déjà arrivé ? »
« je ne connais pas le nom des clients. »
Agnès se pencha un peu sur le comptoir avec un sourire peu aimable et, d'une voix un peu plus rauque :
« Bien sûr que si, chérie. Tu imagines bien que ce n'est pas une fille comme moi qui te balancera alors rends-moi ce service et je ferai en sorte que l'ami Francis te laisse un gros pourboire en sortant d'ici. »
La fille eut un sourire rapide et inclina brièvement la tête, non sans avoir d'abord jeté un coup d'oeil vers l'escalier.
« Merci, petite. Le bar est par ici ? Oui ? Alors à plus tard. »
Alors qu'elle s'éloignait vers la lourde porte de bois doublée d'un panneau de velours vert, Agnès grommela :
« Pourquoi m'incites-tu à dire des horreurs pareilles ? »
« Parce que ça marche bien sûr. Continuons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 14:52

Tour 3.

Fatalité +1 (2/4).
Malfrat (généré dans le bar donc).

Actions du tour:
- "Boire un verre": pioche du rituel de recherche et de la lumière aveuglante + 2 indices.
Je dépense aussitôt les quatre indices (pas le choix) pour passer à l'acte 2. Le couloir obscur est généré avec une crapule O'Bannion.
- Déplacement dans la salle de jeu.
- Déplacement dans le couloir obscur.

Phase d'ennemis: le chef de salle passe dans la salle de jeu.

Pioche:
Initiée des arcanes. +1R (3R).



Le bar était moins fréquenté que ce à quoi s'attendait Agnès. Elle se dit que la passion du jeu devait être plus forte que celle de l'alcool et elle s'approcha du bar. Les étagères derrière le comptoir pliaient sous le poids de toutes sortes de boissons prohibées qui scintillaient dans leurs flacons de verre. Agnès eut la brève vision d'autres flacons aux reflets de rubis et de topaze dans un laboratoire circulaire étrange mais elle s'évanouit aussi vite qu'elle était venue. Elle se demanda si, un jour, elle ne serait plus capable de faire la différence entre ces surgissements d'une mémoire antique et la réalité.
À l’extrémité du bar la plus éloignée de la porte, un malfrat épais, sa veste posée sur le comptoir dardait ses petits yeux porcins au-dessus de son verre de bière bon marché. Il accorda à peine un bref regard à Agnès avant de replonger son nez dans la mousse, la jugeant manifestement inoffensive. La jeune femme s'installa sur une chaise malcommode, interpella le barman :
« Bonsoir. »
Il posa sur elle le regard blasé du type qui en a vu d'autres, s'approcha sans se presser, ôta le cure-dents au coin de sa bouche avant de parler :
« Bonsoir poupée. T'es en chasse ? »
« En cha... oh ! Euh...oui, ça se voit tant que ça ? »
Il se redressa, l'air satisfait, remit son cure-dents à sa place d'origine :
« Bah ouais. Et ce qui se voit aussi, c'est que tu débutes. Besoin d'un verre ? »
« Pour sûr ! Un scotch je crois. »
La consommation apparut presque instantanément sur le comptoir. Il fallut encore une dizaine de minutes à Agnès pour expliquer au barman qu'elle cherchait un client gentil, un peu cultivé, enfin pas une brute quoi...et encore un quart d'heure avant que le barman lui parle d'un professeur, joueur régulier, qui pourrait convenir.
« En plus, poursuivit-il en servant son troisième scotch à Agnès, il a gagné gros ce soir si j'ai bien compris, et il est passé dans la zone VIP au fond de la salle de jeu. Pour peu qu'il ait doublé sa mise, tu pourrais faire une belle affaire. Tu n'as qu'à l'attendre ici : il passe toujours boire un verre avant de repartir. »
« Tu es gentil, mais j'ai trop bu déjà. Je vais me dégourdir les jambes dans la salle de jeu. Merci pour l'info. »
« Si ça devient une habitude, tu penseras à ma petite commission. »
Agnès marchait déjà vers la porte. Elle lui fit un signe d'assentiment avec la main sans se retourner et franchit la porte qui donnait sur la salle de jeu. Elle fut aussitôt assaillie par le cliquetis des jetons, les exclamations sèches des croupiers, le murmure des joueurs qui enflait parfois en exaltation fiévreuse. Il ne lui fallut qu'un instant pour repérer la porte discrète, à moitié dissimulée par un rideau, qui menait vers l'arrière du bâtiment. Profitant d'un trouble provoqué à une roulette par un gros gagnant, elle entrouvrit le panneau et se glissa rapidement à l'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 17:01

Tour 4.

Fatalité +1 (3/4).
Eveiller les soupçons (+1 fatalité sur la crapule O'Bannion).

Actions du tour:
- Pose de l'initiée aux arcanes (au point où j'en suis sur les pions fatalité...).
- Déplacement vers une porte de derrière: arrivée dans la galerie d'art.
- Enquêter (+ courage inattendu + rituel de recherche): -1. Succès et défausse de la chance maudite.

Phase d'ennemis: déplacement du chef dans le couloir obscur.

Pioche
Saint rosaire. +1R (3R).


La clameur de la salle de jeu s'estompa dès que la porte fut refermée. Le couloir dans lequel se trouvait Agnès contrastait étonnamment avec les salles précédentes : pas de luxe ni d'afféteries ici, un simple couloir nu carrelé de blanc et de noir et trois portes austères que rien ne distinguait les unes des autres. Un léger ronflement lui fit tourner la tête : affalé sur un tabouret, un homme en costume, son chapeau rabaissé sur les yeux et la crosse du pistolet dépassant de la veste, prenait un acompte sur ses heures de sommeil. Agnès s'en écarta aussi silencieusement qu'elle put et, par excès de précautions, alla jusqu'à la porte la plus éloignée qu'elle entrouvrit le moins possible avant de jeter un œil. Il ne semblait pas que ce fut la section VIP dont parlait le barman mais la jeune femme s'y réfugia malgré tout, le temps de décider quoi faire ensuite.
    Il s'agissait manifestement d'une galerie d'art : les peintures exotiques et antiques qui ornaient les murs, soigneusement éclairées par des appliques, semblaient d'une tout autre qualité que celles du lounge ou de la salle de jeu, même aux yeux d'une profane comme Agnès. Une fenêtre ouverte donnait sur une courette ceinte de hauts murs...certainement pas un bon choix pour une sortie précipitée ; la brise du soir tournait en un va-et-vient léger et agaçant les pages d'un vieux registre qu'Agnès referma après y avoir jeté un coup d'oeil qui ne lui apprit rien. La seule chose intéressante semblait être un anneau sur lequel étaient enfilées deux clés et que la jeune femme dénicha au fond d'un tiroir. Il était assez large pour qu'elle le glisse à son poignet. Elle entrouvrit à nouveau la porte, s'assura prudemment que le malfrat n'avait pas bougé et se glissa à nouveau dans le couloir. Elle était au beau milieu de celui-ci quand la porte menant sur la salle de jeu s'ouvrit et que l'homme à la cicatrice entra. Il la vit aussitôt mais son visage se crispa à peine : il referma posément la porte, donna un coup de pied dans le tabouret du dormeur qui se réveilla en grommelant :
    « Grumpf ?? »
    Quand il reconnut l'homme qui l'avait réveillé et qu'il comprit qu'une intruse lui était passée sous le nez, il devint livide et se dressa comme un diable sort de sa boîte. L'homme à la cicatrice eut un sourire torve en s'adressant à Agnès, pétrifiée :
    « Toi, petite, tu vas passer un mauvais quart-d'heure. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 17:11

Tour 5.

Fatalité +1 (6/4 ...pas mal). Passage à l'intrigue 2a.
Chance maudite (oh purée! Je viens de m'en débarrasser!)

Actions du tour:
- Déplacement dans le couloir: le chef de salle et la crapule O'Bannion m'engagent.
Dépense d'une ressource de connaissance interdite: 1 horreur et 1 dégât à la crapule.
- Flétrissement sur le chef de salle (+ lumière aveuglante): 2 dégâts sur le chef et défausse de la chance maudite (non mais!)
- Flétrissement sur le chef: -2. Succès et mort du chef de salle.

Phase d'ennemis: utilisation de la deuxième connaissance interdite pour une horreur supplémentaire et un dégât de plus sur la crapule qui meurt.

Pioche:
Sombre souvenir (argh!). +1R (6R).
Deux horreurs supplémentaires à la fin du tour.



Ils s'avancèrent tous les deux vers elle dans le couloir qui paraissait soudain beaucoup plus petit. Agnès recula jusqu'au mur en marmonnant des paroles qui paraissaient incohérentes, sans doute, aux deux crapules :
« Non, non...pas contre eux...pas contre des gens. Je ne peux pas... »
Les deux hommes se regardèrent brièvement puis haussèrent les épaules : la peur devait la faire délirer. Il n'en serait que plus facile de lui soutirer quelques informations sur qui elle était et sur qui l'avait envoyée.
Il était dommage qu'ils n'aient pu suivre la conversation qui leur échappait car elle concernait leur proche avenir au premier chef :
« Bien sûr que tu peux ! »
« Non... je ne le ferai pas. Seulement les monstres, seulement les monstres !»
« Tu sais ce qu'ils vont te faire ? »
« Je m'en fiche... »
« Tu crois ça ? Je vais te montrer ! »
Agnès fut aussitôt submergée par un flot d'images et de sensations : des hommes en chasubles et d'autres aux torses nus suant sous la chaleur et l'effort, l'odeur du feu et de la chair carbonisée, les outils de fer grossier, les paroles en langues étranges psalmodiant au rythme des coups de masses, au son des os brisés, des chairs éclatées, la présence immonde d'un bandeau fétide sur sa bouche et d'un liquide poisseux sur ses yeux...
Elle hurla. Le sous-fifre recula de trois pas comme si on l'avait frappé en pleine poitrine mais l'autre, après une seconde d'étonnement, porta la main à sa poche, en sortit vivement un couteau dont il fit jaillir la lame. L'éclat de l'acier parut incandescent à Agnès et enflamma encore une colère qui n'en avait pas besoin : elle fit un geste et le couteau qui filait vers elle se tordit dans la main de son propriétaire, s'enfonça dans le ventre de ce dernier, tourna, fouilla. Il eut un hoquet de douleur, se plia en deux. Agnès, les dents serrées, se pencha vers lui :
« C'est cela que vous m'auriez fait ? Et vous auriez trouvé cela plaisant, n'est-ce pas ? »
La main du balafré tremblait. La jeune femme la saisit, donna une brusque impulsion vers le haut. Il y eut un jaillissement de sang sur la robe noire, le corsage et le visage d'Agnès puis l'homme s'effondra en arrière dans un dernier râle.
L'autre malfrat cherchait désespérément, malgré un tremblement irrépressible, à dégainer son revolver. La sorcière eut un geste tranchant de la main et la tête de l'homme fut séparée de son tronc comme si elle n'avait été qu'une motte de beurre traversée par un couteau chauffé à blanc.
Le silence retomba...bientôt troublé par d'affreux et déchirants sanglots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 17:16

Tour 6.

Fatalité +1 (1/3).
Chance maudite (mais?!!).

Actions du tour:
- Sombre souvenir (+1 fatalité sur l'intrigue...je hais cette faiblesse: perdez un tour deux ressources et une action!)
- Deplacement vers une porte de derrière: arrivée dans la ruelle.
- Enquêter: -4. Echec.

Pioche:
Saint rosaire. +1R (5R).


Il fallut du temps à Agnès pour se remettre de ce qu'elle venait de faire et ce malgré les exhortations de Mary. Elle savait que ce souvenir la suivrait toute sa vie, la hanterait, elle savait aussi qu'elle avait franchi un pas qui pèserait lourd désormais dans ses actions futures.
    « Remets-toi petite. D'autres risquent de venir et il faut avancer. »
    « Ne m'appelle plus petite. C'est fini ça. »
    La voix désincarnée de Mary se teinta d'une nuance de respect :
    « Comme tu veux, Agnès. »
    « Tu m'as manipulée, Mary. »
    « Non. Je t'ai juste montré que les monstres sont partout. »
    « Je sais. J'en suis un. »
    La sorcière ne répondit rien cette fois. Agnès se détacha du mur avec un effort véritable. Les clés à son poignet tintèrent légèrement, la ramenant à la réalité. Elle maîtrisa le tremblement de ses lèvres, se dirigea vers une des deux portes restantes, l'ouvrit avec une des deux clés. Elle donnait sur un escalier raide et étroit menant à une autre porte qu'ouvrait la deuxième clé et qui permettait d'accéder à une ruelle étroite à l'arrière du Bella Luna. Un parfait moyen de quitter les lieux discrètement. Agnès fut tentée de le faire, de retourner chez elle, de museler Mary du mieux qu'elle pourrait et de ne plus jamais être une autre qu'elle-même.
    Le problème, bien sûr, résidant dans le fait qu'elle était elle-même, plus que jamais.
    Elle referma sans donner de tour de clé et redescendit l'escalier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khudzlin
Investigateur averti
avatar

Folie grandissante : 693
Localisation : Paris
Age : 34

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 17:18

@Thierry a écrit:

Pioche:
Sombre souvenir (argh!). +1R (6R).
Deux horreurs supplémentaires à la fin du tour.[/i]

Tu as fait une erreur ici: Sombre souvenir s'active à la fin de ton tour (c'est-à-dire juste après tes actions), pas à la fin du tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 17:21

Tour 7.

Fatalité +1 (3/3). Passage à l'intrigue 3. Un agglomérat surgit dans le lounge. La Bella Luna est retirée de la partie.
Pourchassé: le malfrat du bar passe dans la salle de jeu.

Actions du tour:
- Pose du rosaire.
- Pioche: divination.
- Enquêter (+ divination): +1. Succès (et défausse de la chance maudite pour la troisième fois!).

Phase d'ennemis: l'agglomérat passe dans la salle de jeu. Le malfrat aurait mieux fait de rester au bar...

Pioche:
Perception (ben voyons...). +1R (4R).



Agnès entrait à peine dans le couloir lorsqu'elle entendit un bruit sourd et violent qui semblait provenir d'au-dessus d'elle. Il lui sembla même que les murs avaient légèrement tremblé. Presque aussitôt, et malgré l'épaisseur de la porte, elle perçut des cris dans la salle de jeu, des cris qui relevaient davantage de la panique que de l'excitation des vainqueurs ou des vociférations des perdants. Elle traversa rapidement le couloir, ouvrit prudemment la porte sur la tripot et constata que les gens couraient dans tous les sens, affolés, et qu'une épaisse fumée venait de la porte qui menait sur le lounge comme si une explosion avait eu lieu par là. Quelques coups de feu sporadiques confirmèrent à la jeune femme que quelque chose d'inhabituel se déroulait.
Elle ne put retenir un sourire : « inhabituel ». Sans blague ?
Au pas de course, elle remonta l'escalier pour s'assurer que la voie était toujours libre de ce côté et elle eut la stupéfaction de constater que la Bella Luna n'était plus qu'un tas de ruines éventré. Quelque chose était entré par là qui n'avait pas trouvé la porte à sa taille et si cette chose avait emprunté l'escalier menant au club, il ne devait pas en rester lourd non plus. Elle redescendit l'escalier, se précipita vers la dernière porte du couloir : il était plus que temps de trouver le professeur Morgan et de quitter les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 17:23

@Khudzlin a écrit:
Tu as fait une erreur ici: Sombre souvenir s'active à la fin de ton tour (c'est-à-dire juste après tes actions), pas à la fin du tour.

Argh...comme si cette traîtrise n'était pas assez pénible, je m'autotrolle avec depuis que j'ai commencé à jouer!!
En tous cas, merci beaucoup pour l'info Khudzlin! je te dois une bière naine!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khudzlin
Investigateur averti
avatar

Folie grandissante : 693
Localisation : Paris
Age : 34

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 17:28

@Thierry a écrit:
je te dois une bière naine!

Santé ! drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 17:30

Tour 8.

Fatalité +1 (1/7).
Restes pourrissants: 0. Succès.

Actions du tour:
- Déplacement dans le couloir.
- Déplacement vers la dernière porte de derrière et arrivée dans la zone VIP.
- Test discussion (+ 2éme rosaire): -2. Succès. Contrôle du Dr Morgan et défausse de l'initiée (qui n'a servi à rien).

Phase des ennemis: mort du malfrat; déplacement de l'agglomérat dans le couloir.

Pioche: rien (zone VIP). (4R).


La porte de la zone VIP s'ouvrit sans aucun problème tandis que des bruits de destruction provenaient de la salle de jeu comme si un camion s'y déplaçait sans aucun contrôle. La pièce dans laquelle Agnès venait d'entrer en coup de vent avait dû être confortable mais le sol était couvert de verre brisé provenant des vitrines renversées et du lustre qui s'était décroché du plafond. Les tapisseries couvrant les murs semblaient avoir été lacérées par des griffes d'une taille impressionnante...et au milieu de ce chaos, le professeur Morgan, assis à une table de poker, jouait posément avec deux cadavres atrocement mutilés en manipulant des cartes imaginaires.
Agnès fit le tour de la table. Morgan agissait comme si elle n'était pas là :
« Messieurs, une dernière partie ? Il ne faut pas trop forcer la chance, n'est-ce pas ? Et j'en ai déjà eu beaucoup ce soir, vous en conviendrez... »
Il partit d'un rire sec et sans joie. Ses pupilles étaient dilatées et fixes, comme s'il était en transe. À quel danger avait-il échappé, et comment ? Un bruit de mitraillette interrompu par un fracas de bois brisé rappela à Agnès que certaines questions pouvaient attendre. Elle planta son regard dans celui du professeur, sentit ses propres pupilles s'agrandir, sa volonté atteindre celle de l'homme, la secouer...
« Reprenez-vous, maintenant ! »
Morgan eut comme une secousse électrique, sursauta dans son fauteuil, battit des paupières et posa un regard effaré sur Agnès.
« Qu...Qui êtes-vous ? »
« Je suis votre chance. Debout ! »
Elle l'arracha de son siège avec une force dont elle ne se serait pas cru capable. Il la suivit, hébété encore, jusqu'à la porte mais Agnès n'eut pas le temps de l'ouvrir : un bruit très net fit trembler le mur, suivi d'un autre, visqueux et effroyable, qui indiquait qu'une chose peu ragoûtante venait de pénétrer dans le corridor. La main d'Agnès relâcha la poignée et elle recula de deux pas.
Morgan secoua la tête, encore étourdi :
« Qu'est-ce qu'on fait maintenant. »
« Reculez au fond de la pièce. Nous allons avoir de la visite. Et si vous voulez me faire plaisir... »
Agnès tourna vers le professeur un regard phosphorique.
« ...fermez les yeux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 17:35

Tour 9.

Fatalité +1 (2/7).
Coup du sort: -3. Un dégât sur Agnès.

Actions du tour:
- Enquêter (+ perception): +4. Succès. Pioche d'un chanceux!
- Pioche: Manteau de cuir.
- Pioche: Attiré par la flamme.

Phase d'ennemis: déplacement de l'agglomérat dans la zone VIP et engagement. Agnès subit 1 dégât et 1 horreur ce qui permet d'infliger 1 dégât à l'agglomérat.

Pioche: toujours rien. (4R).


Il y eut un bref moment de répit, presque de silence total. Francis Morgan avait suivi le premier conseil en reculant mais pas le deuxième : il avait dévissé la principale barre du lustre et disposait maintenant d'un solide gourdin dont il semblait bien décidé à faire usage. Agnès s'avisa qu'il était jeune, dans la trentaine, et solidement bâti. On l'imaginait davantage sur un terrain de sport que dans un bureau d'enseignant. Par ailleurs, il n'était pas désagréable à regarder...elle secoua la tête, convaincue que cette pensée lui venait directement de Mary.
    Soudain, elle eut la sensation que la porte subissait une pression invisible mais très nette, comme si une masse énorme pesait sur la totalité du panneau de chêne. Elle convoqua l'énergie dans ses mains, sans aucune hésitation : quoi qu'il y eût derrière cette porte, cela n'avait rien d'humain et elle n'aurait aucun scrupule à le réduire en copeaux. Si seulement Morgan voulait bien regarder ailleurs, cela éviterait des questions gênantes plus tard...
    Le bois céda d'un bloc comme s'il avait été non seulement brisé mais rongé et qu'il fût tombé en poussière. Un agglomérat invraisemblable de sphères laiteuses réunies par un mucus verdâtre se répandit aussitôt sur le sol en furetant comme un animal en chasse. Agnès ne s'attendait pas à cela et recula d'un pas, effarée, se demandant brièvement si ses pouvoirs auraient un quelconque effet sur cette chose. Une des sphères, la plus proche, donna l'impression de se tourner vers elle comme si elle la voyait et explosa, projetant un jet gluant qui la toucha au bras et lui brûla la peau. La douleur était cuisante et fit pousser un cri à la jeune femme.
    « Reculez, lui cria le docteur Morgan, je m'en occupe. »
    La voix sifflante d'Agnès le cloua sur place :
    « Restez où vous êtes. »
    Elle leva les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 17:40

Tour 10.

Fatalité +1 (3/7).
Eveiller les soupçons: défausse de deux ressources. (2R)

Actions du tour:
- Flétrissement sur l'agglomérat: -3. Succès. Deux dégâts.
- Flétrissement sur l'agglomérat: +1. Succès. Deux dégâts.
Connaissance interdite: +1R, +1 horreur et 1 dernier dégât sur l'agglomérat ce qui l'élimine.
- Déplacement dans le couloir.

Pioche:
Sans peur. +1R (4R).


Une branche de l'agglomérat se dirigeait clairement vers Morgan mais l'essentiel de la créature semblait se concentrer sur Agnès qui représentait une menace palpable et inattendue. Elle relâcha le sortilège sur la branche éloignée, la coupa en deux et la vit se flétrir presque aussitôt, se recroquevillant sur le sol qu'elle rongeait en disparaissant. La masse restante se rassembla avec la rapidité d'un serpent, fit bloc, se dressa devant la jeune femme comme un serpent prêt à frapper.
Agnès éprouvait une joie sauvage. Dans ses souvenirs, elle avait affronté les goules avec un sentiment quasi-permanent de terreur qu'elle dominait parfois sans jamais s'en débarrasser. Mais là, elle jouissait du combat, du flot d'énergie qui coulait en elle, de la certitude de vaincre. Une sorte de tentacule fut projeté vers elle ou se projeta tout seul. Elle l'évita avec aisance. La créature était puissante, peut-être, déroutante, incontestablement, mais elle était aussi lente et si on gardait son sang-froid, elle ne présentait qu'un danger relatif.
« Assez joué Agnès. »
Avec une moue de dépit, la jeune femme dut admettre que Mary avait raison : les pompiers et la police ne tarderaient sans doute pas. Il fallait être loin avant.
Un nouveau tentacule attaqua vainement puis la créature se dressa de toute sa masse informe, comme prête à écraser la sorcière. Les mains d'Agnès décrivirent une courbe gracieuse et mortelle. Pendant deux secondes, l'agglomérat se figea puis, il se dispersa en fines particules qui se désagrégèrent, tombèrent en neige fine sur le sol, fondirent en grésillant.
Morgan ouvrait des yeux comme des soucoupes.
« Comment avez-vous... ? »
« Nous partons. Vous poserez vos questions au professeur Armitage. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 17:42

Tour 11.

Fatalité +1 (4/7).
Restes pourrissants (+sans peur): -2. Succès et soin d'un point d'horreur.

Actions du tour:
- Déplacement dans la ruelle.
- Abandon et fin de la partie.


Ils quittèrent tous deux le salon pour rejoindre le couloir. Agnès enjamba sans frémir ce qui restait des corps des deux malfrats que les sphères avaient en partie digérés. Il fallut un bon coup d'épaule du docteur Morgan pour ouvrir la porte donnant sur l'escalier et que le passage de la créature avait sensiblement gauchie.
    Dans la ruelle, ils constatèrent que les premiers secours étaient déjà là et s'affairaient. Toute cette agitation leur permit finalement de s'éloigner assez rapidement sans être aperçus et ils suivirent la rue qui les ramenait à l'université Miskatonic dans la pénombre de la nuit tombante. Agnès ne répondit à aucune des questions de Morgan qui finit par renoncer à les poser : le fait est qu'il avait un besoin urgent de repos. Quand ils arrivèrent au bureau d'Armitage, il s'effondra dans un fauteuil. Le vieux professeur se hâta de lui servir un verre d'alcool fort tout en remerciant Agnès.
    « Prenez soin de lui, lui répondit la jeune femme. Je dois chercher votre autre collègue : quelque chose est après vous trois et j'aimerais bien lui couper l'herbe sous les pieds. »
    Armitage la rattrapa alors qu'elle allait quitter son bureau. Il lui serra convulsivement le bras et lui dit :
    « Prenez garde à vous. Prenez garde à tout ! »
    « Professeur, c'est à moi qu'il faut prendre garde. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 315
Localisation : Nice
Age : 46

MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   Ven 3 Mar 2017 - 17:48

Voilà! J'y ai passé l'après-midi finalement mais c'était bien agréable.

Agnès finit avec les conséquences suivantes:
1- Le gang O'Bannion a un compte à régler avec moi (qu'ils y viennent!).
2- Le Dr Francis Morgan a été secouru et a rejoint mon deck.
3- 4 points d'expérience (Chef de salle+ zone VIP+ galerie d'art+Ruelle) immédiatement dépensés dans l'achat d'une statue grotesque qui remplace une divination. je sais, ce n'est pas raisonnable.

A la réflexion, je n'aurais peut-être pas dû jeter le rituel de recherche sur un bonus de jet et je n'ai sans doute pas optimisé l'initiée...je manque encore de pratique.

Comme d'habitude, n'hésitez pas à commenter, ça me fait plaisir. Je reviendrai bientôt avec les activités extra-scolaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Agnès (narration longue): La Banque gagne toujours.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Agnès (narration longue): le dévoreur du dessous.
» Succès : Far Cry 3
» Morgane kelterbaum Gagne un QT!!!
» Boulet un jour, boulet toujours ? :O
» Braquage de la Banque de Hurlevent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur à Arkham JCE :: Rencontres et Evenements :: Résultats et Reports-
Sauter vers: