Forum de la communauté française du jeu Horreur à Arkham JCE
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Agnès Retour à carcosa (narration longue): Baisser de rideau.

Aller en bas 
AuteurMessage
Thierry
Artiste torturé isolé à Dunwich
avatar

Folie grandissante : 323
Localisation : Nice
Age : 47

MessageSujet: Agnès Retour à carcosa (narration longue): Baisser de rideau.   Dim 11 Mar 2018 - 21:29

Baisser de rideau. Partie en 14 tours. Premier essai.

Main de départ : Planque / Flétrissement / Connaissance interdite / Peter Sylvestre / Batte de base-ball. Pour la baston, ça devrait aller, mais alors pour enquêter, ça va être compliqué !

Tour 1 :
Pas de phase de mythe.

Investigation :
Planque +3 R (8R)
Pose de Flétrissement (5R)
Pose de Peter Sylvestre (2 R)

Phase d'ennemis vide.

Phase d'entretien : +1R (3R), pioche du rituel de recherche (qui tombe on ne peut mieux!)



Agnès considéra avec attention le jeune homme assis de l'autre côté du bar. Il n'avait pas touché au jus de tomate qu'il avait commandé quelques minutes plus tôt ; en revanche, il ne l'avait pas quittée des yeux, ne détournant le regard que quand elle-même se tournait vers lui. Certes, les clients étranges ne manquaient pas au Glenn's : ils s'étaient multipliés au cours de l'année précédente, année qui avait vu se reproduire les sinistres événements de Dunwich et qui avait conduit la jeune serveuse à découvrir à la fois la présence d'une sorcière dans tout son être et les pouvoirs qui allaient avec. Elle se serait bien passée des deux mais elle devait continuer à se surveiller en permanence pour ne pas répondre à voix haute à une ancêtre qui n'était présente que pour elle et qui, encore à ce moment précis, faisait des réflexions gênantes sur le physique avantageux du jeune homme silencieux.
Le Glenn's fermait toujours très tard et les chalands qui entraient encore passé minuit auraient fait passer des frissons dans le dos des individus normaux, mais le garçon ne bougeait toujours pas. Enfin, l'établissement se vida complètement et Agnès resta seule avec le jeune homme et un jus de tomate intact. La couleur du breuvage lui fit venir à la bouche un goût de sang qui la mit de méchante humeur. Elle dit brusquement :
« Il est tard, jeune homme. Videz votre sac. »
Pour la première fois, il la regarda directement dans les yeux. Un beau regard, bleu, franc et clair. Il devait être la vedette du campus.
« Mademoiselle Baker, je m'appelle Peter Sylvestre et je suis étudiant à l'université Miskatonic. J'y suis titulaire d'une bourse d'étude et ... »
« Les activités universitaires ne m'intéressent pas. »
« Ce n'est pas ce que m'a dit le professeur Morgan. Il fait grand cas de vos talents particuliers et m'a suggéré de venir vous voir. »
« Ce bon vieux Francis, ronronna Mary, il n'est même pas passé prendre un verre ici depuis des mois et il nous envoie un de ses étudiants. »
Agnès ignora la remarque avec une aisance due à une longue habitude et s'acharna à essuyer un pauvre verre qui ne lui avait pourtant rien fait. Devant son silence, Peter reprit précautionneusement :
« Je suis à la recherche d'un ami. Danny Phillips. Il était dans le département de littérature et, il y a peut-être un mois de cela, il s'est fait engager comme machiniste au théâtre dans la pièce du Roi en jaune. Vous en avez entendu parler, je suppose ? »
« Bien obligée. Toute la ville est hystérique à ce sujet. »
Ce qu'Agnès ne disait pas, c'était que chaque mention de ce titre produisait une désagréable impression sur sa perception de sorcière, si bien qu'elle avait évité toute nouvelle à ce sujet depuis quelques semaines.
« Et bien mon ami Danny a disparu après une répétition. Je n'aurais pas forcément relié ceci au théâtre mais il semble que cette pièce génère un certain nombre d'incidents étranges. J'ai constitué tout un dossier ici... »
En parlant, il sortit une liasse de documents serrés entre deux cartons épais et posa le tout sur le zinc. Agnès eut une brève vision de flammes rugissantes en regardant le cartonnage rouge.
« ...le docteur Morgan est un ami de ma famille et, je pense pouvoir le dire, une sorte de mentor pour moi. Il est actuellement en voyage mais je l'ai tenu au courant de mes investigations. Quand il a su que je comptais me rendre à la représentation, il m'a vivement recommandé de vous demander votre aide et il a fait allusion à certaines capacités ainsi qu'à votre participation à certains événements. »
« Savez-vous que votre mentor est trop bavard ? »
« Mais toujours de bon conseil. Je vous laisse le dossier, j'en ai fait une copie. Il contient également une place pour la première. Vous en ferez ce que vous voudrez. Je vous souhaite une bonne nuit. »
Agnès ne répondit rien, le regard toujours fixé sur les documents. Peter se leva, avala d'un trait sa boisson, laissa le prix exact sur le comptoir et sortit.
« Agnès... »
« Oui Mary, je sais : une sorcière décide beaucoup moins de sa vie que ce qu'on pourrait croire. »
Elle prit le dossier et quitta à son tour le bar. Derrière elle, les lumières s'éteignirent toutes seules, comme des grandes.



Tour 2 :
Phase de mythe : +1 F (1/6). Restes pourrissants (5 contre 3) : +1 succès.

Investigation :
+1R (4R)
Pose du Rituel de recherche (0R)
Pose de Connaissance interdite.

Phase d'ennemis vide.

Phase d'entretien : +1R (1R), pioche de Peter Sylvestre.



Agnès avait passé le reste de la nuit à compulser le dossier. Il était édifiant : un drame étrange au passé trouble, une représentation unique, la disparition de Danny dont rien ne laissait entendre qu'il avait des problèmes, le suicide d'un musicien, une explosion des consultations psychiatriques... et à plusieurs reprises, la mention d'un « retour du roi » qui faisait inéluctablement trembler la main de la sorcière. Mary elle-même était mal à l'aise.
« Tu sais quelque chose sur ce roi ? »
« C'est une mention trop vague. Tu n'as pas idée du nombre d'individus plus ou moins dangereux et plus ou moins humains qui ont prétendu à un tel titre. Moi-même d'ailleurs...mais c'est la couleur jaune qui m'inquiète. »
« Tu peux m'en dire plus ? »
« Je pourrais. Mais je préfère ne pas nommer certaines forces inutilement. Et n'insiste pas : l'inquisition ne m'a pas fait parler, ce n'est pas toi qui y arrivera. »
Agnès soupira. Elle n'avait aucune envie de se retrouver encore à devoir déchiqueter des choses ou même des gens et à affronter des abominations. Elle tournait le billet d'entrée au théâtre entre ses doigts et considérait la flamme de la bougie devant elle. Un simple mouvement de main et...
Elle mit le billet dans sa poche et se leva pour ouvrir son armoire. Peu de vêtements, défraîchis pour la plupart, la garde-robe attendue d'une simple serveuse. Agnès sortit une robe confortable de coton vert, la plaqua sur son buste devant le miroir. Mary protesta immédiatement :
« Tu ne vas pas t'habiller avec ce sac ? »
« C'est ma robe favorite...et je te rappellerai que tu as quelques siècles d'existence. Tu ne te trouves pas un peu âgée pour vouloir séduire un étudiant ? »
« Et toi un peu jeune pour jouer les mères la pudeur ? »
« Ce sera la robe verte. Il faudra t'y faire. »
Moins de deux heures plus tard, Agnès s'ennuyait ferme devant la représentation du Roi en jaune. Comment avait-elle pu croire que ce ramassis de situations invraisemblables jouées par des acteurs peu inspirés pouvait présenter un quelconque intérêt ? Et elle ne pensait pas cela parce qu'elle avait toujours détesté le théâtre. Trois rangées devant elle, le jeune Peter suivait avec attention les rebondissements absurdes de l'action. L'entrée d'un nouveau personnage, l'Etranger, suscita un mouvement de satisfaction dans le public. Agnès leva des yeux ennuyés vers ce nouveau protagoniste et croisa son regard. Instantanément, les ongles de la sorcière entrèrent dans le tissu des accoudoirs et elle se dressa à demi avant d'avoir réalisé ce qu'elle faisait.
Agnès respira longuement et reprit sa position dans son fauteuil. Elle mit quelques minutes à chasser les images de pourrissement qui défilaient dans sa tête. Quand elle s'intéressa à nouveau à la scène, l'Etranger n'était plus là et un ennui insurmontable envahit à nouveau la jeune femme. Un ennui si irrépressible qu'elle commença à dodeliner de la tête et finit par s'endormir tout à fait.



Tour 3 :
Phase de mythe : +1F (2/6). Tourment de l'esprit (attaché au théâtre).

Investigation :
Déplacement dans le hall d'entrée. Mise en jeu de deux portes du hall. Je choisis de perdre une action à cause du tourment de l'esprit du théâtre.
Enquêter avec le rituel de recherche + défausse du deuxième Peter Sylvestre (6 contre 4) : crâne -1 Succès. Indice récupéré.

Phase d'ennemis vide.

Phase d'entretien : +1R (2R), pioche du sort de protection.



Agnès se réveilla parce que Mary lui hurlait dessus. Elle fut debout en un sursaut dans un théâtre quasiment vide. Le rideau baissé tombait en longues franges d'où provenait une odeur nauséabonde. Les lumières tamisées éclairaient très imparfaitement une salle qui ne comptait plus qu'une dizaine de spectateurs figés...Agnès n'eut même pas besoin de s'approcher d'eux pour comprendre qu'elle avait affaire à des cadavres. Elle jeta aussitôt un regard anxieux à la place où se trouvait Peter mais le siège était vide et elle en éprouva un réel soulagement.
« Mary, c'est la réalité ? »
« Quelle importance ça peut avoir ? Ça peut te tuer ou te rendre folle, c'est bien tout ce qui compte. »
« Tu es toujours si réconfortante. Voyons si on peut sortir d'ici. »
Ce ne fut pas si simple pourtant : le théâtre n'avait pas seulement pris des siècles de vieillissement, il semblait aussi malveillant et le désir légitime de le quitter se heurtait à des murs fuyants et à des marches qui se dérobaient sous les pas. Agnès atteignit enfin le hall d'entrée pour constater que les larges portes menant sur une des artères principales d'Arkham avaient tout simplement disparu, remplacées par un mur compact sur lequel quelques affiches de la représentation semblaient narguer la sorcière.
« Bon, ça suffit. »
Agnès laissa sa perception de sorcière envahir son esprit : il n'y avait personne pour s'étonner du rougeoiement soudain de ses prunelles de toute façon. Une traînée de pas jaunâtres sur le sol conduisait d'abord au mur où un masque blême ricanant apparaissait désormais puis s'éloignait en direction des escaliers du premier balcon. La sorcière s'engagea résolument à leur suite.



Tour 4 :
Phase de mythe : +1F (3/6). Fanatique ; comme aucun lieu n'a d'indices, je le génère dans le théâtre.

Investigation :
Déplacement vers le balcon.
Enquêter avec le rituel de recherche (5 contre 2) : -2 Succès. Indice récupéré.
Déplacement dans le hall.

Phase d'ennemis vide.

Phase d'entretien : +1R (3R), pioche du sort de protection.




L'escalier couvert de moquette permit à Agnès d'accéder à l'étage sans produire le moindre bruit. Elle ne fut pas surprise de constater l'état de délabrement du balcon mais le fut davantage de voir disparaître les traces de pas au beau milieu d'une des allées. C'était la première fois que la jeune femme ressentait qu'une absence pouvait être sardonique et elle en éprouva une vive mauvaise humeur. Cet inconnu au masque pâle, qui qu'il fut, se permettait de jouer avec elle.
Elle se pencha par dessus la rambarde pour considérer le parterre d'en haut. La salle était toujours dans un état pitoyable et paraissait par ailleurs plus hostile que jamais : Agnès sentait des émanations de malveillance monter jusqu'à elle. Elle allait se détourner quand un des spectateurs attira son regard de sorcière : assis près de la sortie vers le hall qu'elle avait empruntée peu avant, il semblait aussi inerte que les autres mais une faible aura jaune émanait de lui ; pour autant, il était humain, elle aurait pu en jurer.
« Un adorateur. Je déteste les adorateurs. Ils sont toujours stupides ! »
« Toutes les adorations ne sont pas malveillantes. »
« Je n'ai pas dit malveillant, j'ai dit stupide. »
« D'accord, d'accord ! De toute façon, je n'avais déjà aucune envie de retourner dans cette salle alors autant essayer les portes qui donnent sur le hall. On finira bien par trouver quelqu'un ou quelque chose. »
« Oui...ou les deux en même temps. »
De retour dans le hall, Agnès constata que les traces de pas avaient toutes disparu mais que le masque, comme peint sur le mur, ricanait encore et semblait la suivre des yeux. Elle traversa rapidement le large espace et ouvrit la première porte qu'elle trouva...




Tour 5 :
Phase de mythe : +1F (4/6). Voix dissonantes (ça ne devrait pas être gênant ce tour-ci).

Investigations :
Déplacement vers une porte du hall : révélation de la régie lumière.
Enquêter avec rituel de recherche + défausse du sort de protection (6 contre 4) : +1 Succès. Un indice.
Acte avancé : l'homme au masque est généré évidemment derrière une des portes des coulisses, à l'autre bout du théâtre.
Déplacement dans le hall.

Phase d'ennemis vide.

Phase d'entretien : +1R (4R), pioche d'une batte de base-ball. Défausse des voix dissonantes.




La porte ouvrait sur un escalier raide et oppressant parcouru de murmures. Agnès fut tentée de reculer mais rien ne disait qu'elle ne tomberait pas sur pire encore. Elle haussa les épaules et s'engagea dans l'étroit boyau pour déboucher, un peu essoufflée, dans une minuscule cabine qui s'avéra être la régie lumière perchée au-dessus des balcons. Les étroites ouvertures, en grande partie encombrées par les projecteurs, offraient une vue imparfaite sur l'espace de la scène. Agnès eut l'impression qu'une ombre se déplaçait sur les planches sanglantes et, mue par une soudaine impulsion, elle déclencha un des projecteurs qu'elle braqua sur la silhouette.
L'homme au masque apparut en pleine lumière. Il se figea et se tourna lentement vers la sorcière. Cravaté de rouge, vêtu d'un élégant costume noir, il leva une main gantée comme s'il s'apprêtait à lancer un sort. Instinctivement, Agnès recula d'un pas dans la cabine exiguë mais il ne se passa rien. Elle risqua un nouveau regard.
L'homme au masque blême saluait, comme un acteur après une prestation réussie. Il se redressa, envoya un baiser vers la régie puis s'éclipsa calmement en franchissant la porte des coulisses.
« Mais il se fiche de moi, ma parole ! »
Bousculant le précieux matériel d'éclairage coûteux, Agnès sortit de la cabine et dévala les escaliers montés avec tant de peine pour se trouver à nouveau dans le hall. La colère est aussi aveuglante chez les sorcières que chez la plupart des individus...en revanche, elle est toujours moins puissante que leur instinct de survie, surtout quand cet instinct se prénomme Mary.
« Ne va pas plus loin ! »
Agnès s'arrêta aussitôt, moins par obéissance que par réflexe. Et elle le sentit : quelque chose approchait. Quelque chose qui la terrifia d'instinct.



Tour 6 :
Phase de mythe : +1F (5/6). Paralysé par la peur.

Investigations :
Action double du hall d'entrée : pioche de trois cartes (Attiré vers la flamme, Saint rosaire, Regardez ce que j'ai trouvé)
Pose du saint rosaire (2R)
Test contre le paralysé par la peur (6 contre 3) : Signe des anciens. Succès et défausse du paralysé par la peur.

Phase d'ennemis vide.

Phase d'entretien : +1R (3R), pioche d'une planque.




Pour la première fois de la soirée, la peur envahit la jeune sorcière. Elle chassa la colère, elle chassa tout ce qui n'était pas elle et fit chavirer Agnès qui dut s'appuyer contre un pilier pour ne pas tomber au sol et se recroqueviller. Quelque chose approchait qui amenait avec elle une terreur ancienne et un message d'irrémédiable apocalypse. De cette chose, la jeune femme n'était séparée que par une porte de bois dérisoire et par le chemin irréversible des secondes.
Elle n'était pas prête. Elle sentait qu'elle ne serait jamais prête pour cela. Même Mary restait silencieuse. Quand la main se posa sur son épaule, elle eut un sursaut de terreur pure, se retourna en lançant un sort de repoussement. Une silhouette indistincte vola sur trois mètres avant de heurter une console murale puis le mur lui-même. Le cri de douleur était très humain, suffisamment pour que l'inquiétude perçât la carapace de peur et pour qu'Agnès pût voir Peter Sylvestre se relever péniblement avec une longue entaille au front.
« Mince alors ! On ne doit pas souvent vous agresser dans la rue...en tous cas, pas deux fois. »
« Peter ! Je suis désolée... »
« Euh...Agnès, je peux éventuellement te suggérer des méthodes d'approche plus subtiles. »
« La ferme ! »
« Mais je n'ai rien dit... »
« Non, pas vous ! Oh ! C'est insupportable ! Tenez, laissez-moi éponger un peu cette blessure, après tout, j'en suis responsable. »
« Vous êtes sûre que... ? »
« Oh, ça va : je promets de ne plus vous envoyer voler à travers la pièce. »
« Sorcière de protection... »
« Que veux-tu dire ? » songea rapidement la jeune femme alors qu'elle nettoyait superficiellement le sang.
« Sorcière de protection ! Ta panique a disparu dès qu'il y a eu quelqu'un à protéger. Je suis surprise que tu n'aies pas encore recueilli tous les chats errants du quartier dans la maison. Il n'empêche que la menace est toujours là. »
« Elle viendra bien toute seule. Autant l'attendre ici et s'y préparer. »
« Et comment ? »
Agnès haussa les yeux vers ceux de Peter, toujours aussi clairs et déterminés malgré les événements de la soirée. Il y avait de quoi effrayer même une sorcière aguerrie...de quel bois ce jeune homme était-il donc fait ?
« Peter, vous avez confiance en moi ? »
Le jeune homme sourit. Il avait des dents parfaites.
« Oui mademoiselle. En qui d'autre sinon ? Et je n'ai pas l'impression que je pourrais sortir d'ici sans votre aide. »
« Une croyance de circonstance, hein ? Je m'en contenterai...si vous permettez... »
Agnès tendit un doigt vers la blessure, cueillit un peu de sang et traça sur le dos de sa main le signe étoilé des anciens. Elle eut la sensation qu'une partie de la confiance du jeune homme passait en elle.
« Maintenant je suis prête. »



Tour 7 :
Phase de mythe : +1F (6/6). Avancement de l'intrigue. L'émissaire royal est généré dans le théâtre. Fanatique généré dans la régie lumière (où il me fichera la paix jusqu'à la fin de la partie).

Investigations :
Pose de la batte de base-ball (1R).
Planque : +3R (4R).
Pioche : analgésiques.

Phase d' ennemis : déplacement de l'émissaire dans le hall. Attaque de l'émissaire qui m'inflige deux dégâts. Fin de la phase : 1 horreur sur Peter Sylvestre.

Phase d'entretien : +1R (5R), pioche de Connaissance interdite.



L'air vibra soudain autour d'Agnès et de Peter, comme une eau stagnante dans laquelle on jetterait un lourd rocher. Un chant strident, inhumain, résonna en provenance du théâtre, rythmé par une progression lourde dans les allées et par le bruit des fauteuils craquant sous un poids considérable. Peter tituba en arrière, les mains sur les oreilles, mais il ne tomba pas. Agnès s'avança vers la porte, le corps et l'esprit tendus comme un arc avant que la flèche s'envole mais deux tentacules écarlates fusèrent à travers le panneau de bois et la balayèrent contre un pilier. Quelque chose craqua dans sa poitrine au moment où l'air en fut expulsé mais elle était trop furieuse pour en tenir vraiment compte. Elle leva un regard rougeoyant vers l'ouverture et l'énergie du sortilège envahit son corps crispé. Elle referma une de ses mains sur une planche arrachée qui avait plus ou moins la forme d'un solide gourdin carré, se redressa et attendit.
La créature franchit lourdement le passage en arrachant le cadre de la porte du mur avec une bonne partie de la maçonnerie. Sa taille était moins effrayante que son aspect et Peter, tout courageux qu'il fût, poussa un cri d'horreur et leva le bras pour protéger son regard de l'ignominieuse apparition. Agnès, elle, ne détourna pas les yeux du corps flasque et blême porté par une série de pseudopodes cramoisis, ni même de l'orifice circulaire et sanguinolent qui tenait lieu de bouche et d'où s'échappait le chant , le message venu d'un autre monde.
« Émissaire d'Aldébaran, le roi en jaune ! Le roi en jaune ! Oh merde ! »
« Il est a l'air assez concret pour mourir. C'est tout ce qui m'importe. »



Tour 8 :
Phase de mythe : +1F (1/6). Nuée de rats qui m'engage aussitôt.

Investigations :
Combat Flétrissement sur l'émissaire (6 contre 4) : -1. Succès. 2 dégâts sur l'émissaire.
Combat Flétrissement sur l'émissaire (6 contre 4) : -2. Succès. 2 dégâts sur l'émissaire qui est défait. L'intrigue est réinitialisée à 1 avec trois fatalités.
Action rapide : utilisation de connaissance interdite. +1R (6R), +1 horreur et 1 dégât sur les rats qui sont battus.
Pose analgésiques (5R)
Fin du tour : soin d'une horreur sur Peter.

Phase d'ennemis vide.

Phase d'entretien : +1R (6R), pioche de chanceux.




Le chant se mua en un son strident et continu de menace évidente tandis que des rats par dizaines émergeaient du mur défoncé mais la main de la sorcière décrivit un arc sec et une large blessure courut sur le corps boursouflé, ouvrant la chair pâle depuis la bouche obscène jusqu'au flanc sous lequel les muscles ondulaient comme des vers frénétiques. Le chant prit aussitôt une tonalité encore plus discordante tandis que les tentacules s'agitaient pour attraper la sorcière mais Agnès en saisit un à pleines mains et l'énergie du sort passa tout entière dans le membre caoutchouteux, remontant irrésistiblement jusqu'à la masse immonde qui se fendit soudainement en deux, se replia sur elle-même et s'effondra comme une boule de papier qu'on froisse. En un instant, il ne restait rien que le vide et une odeur sulfureuse.
Les rats s'étaient arrêtés net, hésitants. Ils détalèrent dans des fissures invisibles dès qu'Agnès eut posé sur eux un regard significatif. Peter ouvrait des yeux comme des soucoupes en s'approchant de la jeune femme et on sentait dans sa voix une nuance de respect nouvelle quand il lui demanda si elle se sentait bien. Agnès ne répondit pas aussitôt : elle palpait ses côtes, cherchant à localiser la douleur qui irradiait dans sa poitrine. Le jeune homme mit sa main dans la poche et en sortit une boîte d'analgésiques qu'il lui tendit :
« Tenez. On m'en avait prescrit après un match de football. Il n'en reste que quelques-uns mais si ça peut vous aider, ils sont très efficaces. »
Agnès prit la boîte sans l'ouvrir.
« Merci. Peut-être plus tard. Pour l'heure, nous devons trouver l'homme au masque blême avant que cette créature revienne. »
Peter pâlit :
« Parce qu'elle va revenir ? »
« N'en doutez pas. Allons, en route...et méfiez-vous dans le théâtre : nous sommes attendus. »



Tour 9 :
Phase de mythe : +1F (2/6). Clochers de Carcosa. Sans doute la pire carte à ce moment de la partie. Je l'annule avec le sort de protection (5R) et subis une horreur que je place sur Peter.

Investigations :
Déplacement dans le théâtre : le fanatique m'engage.
Combat avec la batte + défausse de la deuxième batte (5 contre 3) : -4. Je joue Chanceux (4R). Succès. Le fanatique est battu.
Déplacement vers les coulisses. Je subis une horreur du tourment de l'esprit et je la pose sur le rosaire. Je mets deux portes des coulisses en jeu.
Fin du tour : soin d'une horreur sur Peter.

Phase d'ennemis vide.

Phase d'entretien : +1R (5R), pioche de tracer le signe qui entre en jeu dans ma zone de menace. Je sais que je n'aurai jamais le temps de le défausser, il faudra faire avec.




Le cultiste avait eu la constance de ne pas bouger de son fauteuil malgré le passage de la créature. Sans doute avait-il prévu de se lever et de frapper Agnès ou Peter dans le dos après leur passage. On peut supposer qu'il fut donc surpris de recevoir aussitôt en pleine face le tasseau manié à deux mains par la jeune femme. Le choc le renversa en arrière et l'assomma pour le compte. La sorcière n'avait même pas ralenti et Peter, qui ouvrait la bouche pour dire quelque chose, se ravisa et se contenta d'allonger le pas pour la rattraper...juste à temps d'ailleurs car Agnès chancelait sous les effets combinés des émanations malsaines de la salle et de la douleur physique. Il lui saisit le bras.
« Appuyez-vous sur moi. Où devons-nous aller ? »
La sorcière eut une brève hésitation mais Peter donnait une étrange et rassurante impression de solidité physique et morale, comme si l'atmosphère délétère n'avait aucun effet sur lui. Elle se laissa aller avec une certaine reconnaissance.
« Vers les coulisses. Passons par la scène, ce sera plus rapide. »
« A vos ordres. »
Il l'aida à grimper sur les planches et ils tâchèrent de ne pas regarder le décor couvert de moisissures rougeâtres.
« Je vais mieux maintenant. Vous pouvez me lâcher. »
« Bien sûr. Je vais passer devant. »
« Faites donc ça, oui. »
Dès que Peter se fut éloigné vers la porte des coulisses, Agnès marmonna :
« Vas-y, dis-le. »
« Mais je n'ai rien à dire moi. »
« Oh, allez ! Tu ricanes depuis tout à l'heure. »
« Je constate juste que c'est la première fois que tu laisses un garçon te toucher. »
« C'est un enfant ! »
« Tu plaisantes ? Tu as vu comme il est taillé ? Et je t'assure que ça te ferait du bien. »
« Comment peux-tu penser à des choses pareilles en ce moment ? »
« Je suis dans ton esprit, Agnès : si j'y pense, c'est parce que tu y penses. »
« N'importe quoi !...Peter ! Ne passez pas cette porte sans moi. Je vous rejoins. »
Le jeune homme s'effaça devant la sorcière qui ouvrit brutalement la porte des coulisses, espérant trouver de quoi passer son humeur comme, par exemple, un certain individu masqué...



Tour 10 :
Phase de mythe : +1F (5/6). Nuée de rats : engagement.

Investigations :
Action rapide : utilisation des analgésiques. -1 dégât, +1 horreur ce qui entraîne un dégât sur les rats qui sont battus.
Déplacement vers la porte des coulisses de l'Homme au masque blême. Révélation de la salle de répétition.
Engagement de l'Homme au masque blême.
Combattre avec la batte (4 contre 3) : 0. Succès. 2 dégâts sur l'Homme au masque blême.

Phase d'ennemis : attaque de l'homme au masque blême. Agnès subit une horreur ce qui entraîne un dégât sur l'homme au masque blême qui est battu.
Avancement de l'acte. L'homme au masque blême est déplacé dans le hall. Deux pions cultistes sont ajoutés à la réserve de chaos. Je place une horreur sur le théâtre : c'est le début de l'incendie.

Phase d'entretien : +1R (6R), pioche de creuser trop profondément. Tracer le signe me contraint à défausser Attiré vers la flamme. L'incendie s'étend sur le hall et dans les coulisses.



Les coulisses étaient à première vue désertes. Agnès ne put retenir une grimace et sortit la boîte d'analgésiques pour en prélever une pilule. Tandis qu'elle l'avalait, elle entendit une série de couinements furieux : Peter avait manifestement retrouvé et dérangé les rats qui avaient surgi en compagnie de l'émissaire monstrueux et il se débattait maintenant avec eux. Agnès fit glisser dans sa direction le gourdin et s'assit contre le mur pour respirer profondément en attendant que les coups et que les couinements, désormais plaintifs, cessent. Rien qu'au son, la jeune femme aurait parié que Peter ne pratiquait pas que le football. Il revint vers elle après quelques minutes en faisant tournoyer le morceau de bois dans sa main, l'air satisfait. Agnès se releva sans accepter la main qu'il lui tendait mais ne réclama pas son arme. L'analgésique lui avait fait un bien fou et elle se dirigea sans plus tarder vers une porte, celle vers laquelle menaient certaines traces de pas jaunâtres.
C'était la salle de répétition. Curieusement, elle semblait presque normale si on exceptait bien sûr l'immense symbole gravé dans le papier peint. Les traces de pas allaient exactement vers le motif curieux qu'on ne pouvait regarder sans une crispation des mâchoires. Peter allait s'en approcher mais Agnès l'arrêta et s'avança seule vers le mur en demandant :
« Vous jouez au base-ball ? »
« Oui, à l'occasion. »
La sorcière passa la main sur le mur et dans les entailles du tissu, les sourcils froncés, profondément concentrée. Elle murmura :
« Balle haute... »
« Je vous demande pardon. »
« J'ai dit... »
Soudain, les mains d'Agnès s'enfoncèrent dans le mur comme s'il n'avait été fait que de brume. Elle s'arqua en arrière pour faire sortir de la paroi l'étranger dont elle tenait fermement le col dans ses poings crispés et qui étendit ses longs bras au dessus d'elle.
« ...balle haute ! »
La sorcière lâcha le costume et sentit le déplacement d'air du tasseau soulever ses cheveux. Le bois s'écrasa sur le côté du masque et l'homme chuta lourdement sur le sol. Un coup magnifique, digne d'un home run et qui aurait neutralisé un colosse...mais l’Étranger se redressa comme une poupée mécanique et un rire dément sortit de derrière le masque déformé par le coup. Agnès posa fermement sa main sur la bouche sculptée. Elle sentit l'onde du rire résonner dans ses os, crisper son esprit, mais quand sa paume brûlante se resserra, l'homme disparut comme un fantôme.
« Où est-il ? » cria Peter.
« Là où nous venons de briser son pouvoir : dans le hall. Nous devons y retourner pour nous échapper. »
Ils se précipitèrent vers la porte et longèrent le rideau qui séparait les coulisses de la scène. Le coucher des soleils jumeaux qui ornait le tissu se déforma soudain et une longue flammèche le fendit en deux.
« Ce sera peut-être plus compliqué que prévu... » fit remarquer Peter.
Au delà du rideau de feu, Agnès voyait sur la scène une faille noire et pourpre se former au dessus des planches et un long tentacule rouge se glisser à travers.
« ...vous ne croyez pas si bien dire. »



Tour 11 :
Phase de mythe : +1F (6/6). Retour de l'émissaire sur le théâtre en feu. Edit du roi ; renfort. Nuée de rats (encore!) qui m'engage.

Investigations :
Combat à la batte (4 contre 1) : +1 Succès. Les rats sont battus.
Enquêter dans la salle de répétition + défausse de regardez ce que j'ai trouvé (4 contre 1) : crâne -3 Succès. Un indice.
Pioche : Regard hypnotique.

Phase d'ennemis : l'émissaire se déplace dans les coulisses. Fin de phase : une horreur sur Peter.

Phase d'entretien : +1R (7R), pioche de courage inattendu. Tracer le signe me fait défausser Connaissance interdite. L'incendie s'étend dans tous les lieux.



Agnès et Peter reculèrent jusqu'à l'entrée de la salle de répétition mais ils savaient que ce n'était pas une solution : ils allaient devoir traverser les flammes et affronter à nouveau le messager monstrueux dont le chant s'élevait déjà et semblait commander aux ondulations du feu. Aucun autre choix ne leur était offert...pas plus qu'à la nouvelle nuée des rats qui couraient en tous sens, affolés par les flammes. Il fallut à Peter toute son énergie et son adresse pour les détourner d'Agnès et de lui-même car les rongeurs auraient tout renversé dans leur fuite. La sorcière sentait toute la tension de Mary, une tension inhabituelle.
« Que se passe-t-il ? »
« Je suis déjà morte par le feu. Je n'ai aucun désir de renouveler cette expérience. »
« Un problème à la fois, tu veux bien ? »
L'émissaire d'un autre monde avait renversé le rideau du décor dans un jaillissement de flammes rugissantes qui venaient maintenant lécher les pieds d'Agnès et de Peter. Le feu conquérant se lançait à l'assaut des structures de bois, des décors en carton-pâte, des cordes et des tentures...jamais il n'avait été à une telle fête et on sentait bien qu'il allait en profiter autant que possible.
« Si on doit faire quelque chose, je crois qu'il ne faudrait pas trop tarder. » lança Peter.
« Je m'occupe de l'émissaire et vous de l'incendie. »
« Et comment suis-je censé... »
« Débrouillez-vous ! »



Tour 12 :
Phase de mythe : +1F (1/6). Tourment de l'esprit attaché à la salle de répétition.

Investigations :
Déplacement vers les coulisses. Test d'incendie (3 contre 4) : -2. Echec et 1 dégât. De plus, le tourment de l'esprit me fait perdre une action ce tour.
Combattre flétrissement sur l'émissaire + courage inattendu (8 contre 4) : -3 Succès. Deux dégâts sur l'émissaire.
Fin du tour : soin d'une horreur sur Peter. Test d'incendie (3 contre 4) : -1 Succès.

Phase d'ennemis : attaque de l'émissaire. Je joue regard hypnotique (4R). L'attaque est annulée et je pioche un pion crâne...l'émissaire se tue lui-même. Je réinitialise l'intrigue 1 avec trois fatalités.

Phase d'entretien : +1R (5R), pioche de Libérer l'âme. Trois cartes en main, je n'ai rien à défausser.



Honnêtement, Peter fit de son mieux mais il était impossible d'ouvrir un chemin sûr à travers la fournaise. Il joua pourtant avec véhémence de son gourdin pour abattre les rideaux enflammés et faire s'écrouler les structures les plus dangereuses au meilleur moment ; à plusieurs reprises, il risqua véritablement sa vie avec un étonnant sang-froid ou, persifla Mary, l'inconscience de la jeunesse. Il ne put empêcher qu'une flamme jaillie du sous-sol vint envelopper la jambe droite d'Agnès alors que la sorcière marchait vers l'émissaire dont la silhouette massive ondulait dans la chaleur du feu. La jeune femme se roula au sol pour étouffer les flammèches et se releva, furieuse, les yeux et les cheveux écarlates sans que l'incendie y fut pour quelque chose. Son incantation mortelle balafra violemment la face énorme et ignoble dont le hululement ne cessait pas mais le monde se mit à tournoyer autour d'elle et elle ne put répéter son sortilège avant que les longs tentacules se précipitent sur elle. Peter cria :
« Agnès ! »
La sorcière tomba à genoux, ses ongles griffèrent les planches brûlantes tandis qu'elle essayait de retrouver son souffle dans l'air brûlant et ses esprits dans un univers qui tanguait comme une barque dans la tempête.
Alors que les tentacules allaient la saisir, elle releva la tête, ouvrit des yeux démesurés qui prirent une teinte phosphorique.
Les longs membres s'arrêtèrent à une épaisseur de main de son visage, comme figés.
La sorcière se releva, les poings serrés. Son regard brûlant semblait tenir la menace de son ennemi sous son contrôle. Elle avança de trois pas et les tentacules reculèrent d'autant, puis elle les obligea à se retourner contre leur possesseur : ils entrèrent de force dans sa bouche, étouffant le chant insensé, et ils le déchirèrent en deux. Et, à nouveau, le corps ignoble disparut dans le néant.
Agnès chancela. Peter l'empêcha de tomber et demanda :
« Il va revenir ? »
« Oui. »
« Partons vite alors. Faut-il vous porter ? »
« Certainement pas ! Et je vous ai dit de vous occuper de cet incendie ! »



Tour 13 :
Phase de mythe : +1F (4/6). Voix intérieures Désarroi (pas de cartes compétences attribuées aux test).

Investigations :
Déplacement vers le théâtre. Test incendie (3 contre 4) : -2 Echec. +1 dégât.
Déplacement dans le hall. Test incendie (3 contre 4) : 0 Succès. Le tourment de l'esprit toujours attaché au théâtre m'inflige +1 horreur. Comme c'est après le déplacement, je déclenche la réaction d'Agnès et inflige +1 dégât à l'homme au masque blême qui est dans le hall.
Engagement de l'Homme au masque blême.
Test incendie de fin de tour (3 contre 4) :

Phase d'ennemis : attaque de l'homme au masque blême. Il m'inflige +1 horreur et je lui inflige +1 dégât en réponse.

Phase d'entretien : en action rapide, je consomme un analgésique : -1 dégât et +1 horreur pour moi mais également +1 dégât en réponse à l'homme au masque blême qui est vaincu.
+1R (6R), pioche de rituel de recherche. Défausse du rituel de recherche pour Tracer le signe.




La traversée du parterre fut un véritable enfer et Agnès resta convaincue longtemps après que seule la chance leur avait permis d'y survivre même si la chance prit souvent la forme du bras secourable de Peter Sylvestre. Bien sûr, le hall ressemblait aussi aux chambres de Vulcain mais ce spectacle dantesque était adouci par la vision des portes vitrées de retour à leur place... et l'homme au masque, impassible devant elles, comme invulnérable aux flammes, semblait attendre.
Peter eut un mouvement dans sa direction, le tasseau roussi bien serré dans ses mains, mais Agnès l'arrêta d'un geste :
« Non. C'est pour moi. »
Sans savoir comment, elle se trouva presque aussitôt devant le visage figé. La silhouette avait un charme indéniable que le masque hideux, fait d'une sorte de céramique squameuse, ne pouvait tout à fait effacer. Un rideau de flammes rugissantes isola aussitôt le couple mais il était évident que seule Agnès en ressentait la brûlure. La sorcière serra les dents :
« Alors c'est comme ça ? On joue à qui fera croire des choses à l'autre ? »
Un ricanement fut sa seule réponse.
« Alors jouons ! »
Elle se concentra sur les flammes. Elle savait qu'elles n'étaient pas vraiment réelles, qu'elles étaient une image que l’Étranger projetait sur elle. C'était diablement efficace, mais les sorcières connaissent aussi ces tours. Agnès saisit l'homme à bras le corps et il referma ses longs membres sur elle, acceptant le défi. Ils commencèrent à brûler tous les deux et un cri s'éleva de la jeune femme, un cri qui pouvait aussi bien provenir de la douleur physique ressentie par la serveuse que de la terreur éprouvée en cet instant par Mary. Elle sentait le feu courir sur sa peau, mordre férocement dans sa chair...mais elle sentait aussi le corps serré contre elle se désagréger, devenir poussière, perdre sa réalité.
Tout d'un coup, elle fut seule avec le sentiment enivrant d'avoir gagné mais si épuisée qu'il fallut que Peter la fasse sortir dans la rue où tombait une pluie qu'ils reçurent comme une bénédiction.



Tour 14 :
Phase de mythe : +1F (5/6). Restes pourrissants (6 contre 3) : crâne -3 Succès.

Investigations :
Creuser trop profondément : pioche de Voix intérieures Effroi (pas plus d'un déplacement par tour).
Abandon. Fin du scénario.





Il fallut plusieurs minutes à Agnès pour reprendre complètement ses esprits sous la pluie bienfaisante et quand elle le fit, Peter l'avait déjà entraînée à quelques rues du théâtre pour la mettre à l'abri sous une porte cochère. Il parlait d'aller aussitôt avertir la police, d'un agent qu'il connaissait bien et qui les prendrait au sérieux....elle le fit taire d'un geste.
« Pas de police. Ils ne nous croiront pas. »
« Bien sûr que si ! Le théâtre brûlé, les spectateurs morts ! Ce ne sont pas des chose qu'on prend à la légère. »
« Vous entendez les sirènes ? »
« Les sirènes ? Quelles sirènes ? »
« Les sirènes des pompiers ; il devrait y en avoir. Et vous voyez des lueurs d'incendie ? Pourtant le théâtre n'est qu'à quelques rues d'ici. »
Peter parut soudain désemparé et, pour la première fois de la soirée, il fit véritablement son âge.
« Pas d'incendie, Peter. Et aucun cadavre, vous pouvez en être sûr. On vous prendra juste pour un fou. »
« Mais...on ne peut pourtant pas rester sans rien faire. »
Agnès perçut un mouvement au coin de la rue et tourna vivement la tête. Une silhouette longiligne s'éclipsa dans une ruelle, aussitôt suivi d'un mouvement indistinct sur les pavés, comme une nuée de cafards. La sorcière oublia toute fatigue et se précipita en avant, suivie avec un temps de retard par Peter.
La poursuite ne fut pas longue et les ramena derrière le théâtre qui, comme Agnès l'avait compris, était aussi intact que silencieux à cette heure tardive. Immobile et serein sur le trottoir, L'Homme au masque attendait.
« Qui êtes-vous ? »
L’Étranger ne répondit pas. Il se contenta de pointer du doigt une note affichée près de la porte de service puis s'inclina et s'éclipsa dans une allée. Quand Agnès y parvint, il avait disparu. Peter la rejoignit, assez mécontent d'avoir été pris en défaut. La sorcière fit demi-tour, arracha la note près de la porte et la parcourut rapidement. Peter lut par dessus son épaule :
« Vous comptez y aller ? »
« Le temps de rentrer chez moi pour changer de robe. »
« Alors je vous y retrouve tout à l'heure ! »
« Peter, vous en avez assez fait et assez vu pour aujourd'hui. »
« Je ne sais toujours pas ce qu'il est advenu de Danny. J'irai avec ou sans vous de toute manière. »
Agnès soupira :
« D'accord. Le premier arrivé attend l'autre. »
Peter hocha la tête et s'éloigna rapidement mais l'université était à l'autre bout de la ville. Il était impossible qu'il arrive à la réception annoncée par l'affichette avant Agnès : 20 heures, Constance Dumaine, 1452 Atlantic avenue. Tenue correcte exigée.
« Tu as vu : tenue correcte exigée. »
« Ça va, ça va ! Je vais la mettre cette robe ! Tu es contente ? »
« Oh, ce n'est pas ça. Je suis curieuse de voir Peter en smoking, c'est tout. »
« Mary...je ne sais même pas quoi te dire. »
« Ce que j'aimerais que tu me dises, répondit Mary soudain sérieuse, c'est que tu ne vas pas te mêler de cette affaire. Mais je sais : une sorcière ne fait pas toujours ce qu'elle veut. »
Agnès ne trouva rien à redire à cela. Elle sentait sur elle le regard de l'homme au masque et elle savait que ce regard ne la quitterait plus avant longtemps désormais.


Je choisis la conclusion C2 (Agnès ne va certainement pas aller porter le deuil aux perdreaux!)
+1 doute.
L'étranger m'a à l'oeil.
Poursuite de l'étranger : 2.
6 points d'expérience (régie lumière + balcon + salle de répétition + émissaire + creuser trop profondément).

3XP pour un Instant de répit qui remplace un Libérer l'âme.
2XP pour un Peter Sylvestre expérimenté.
1XP pour un athamé spirituel qui remplace une batte de base-ball.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HenZ
Erudit de l'Occulte
avatar

Folie grandissante : 450
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Agnès Retour à carcosa (narration longue): Baisser de rideau.   Lun 12 Mar 2018 - 1:31

Trop bien! Le retour des storys d'Agnes! On s'en fout des novélas...

Par contre, un peu frustré de ne pas avoir la fin de Dunwich. Bravo pour cette inventivité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shoefiti.net
CastorJo
Interné par erreur à l'asile d'Arkham
avatar

Folie grandissante : 1367
Localisation : St Denis de Jouhet [36]
Age : 32

MessageSujet: Re: Agnès Retour à carcosa (narration longue): Baisser de rideau.   Lun 12 Mar 2018 - 10:44

J'aime ! Hâte de lire la suite !

[quote="HenZ"On s'en fout des novélas...[/quote]

Ptet que @Thierry fournit des cartes exclues avec ses stories Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://api.ahlcg.castorjo.fr/docs
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Agnès Retour à carcosa (narration longue): Baisser de rideau.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Agnès Retour à carcosa (narration longue): Baisser de rideau.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Question La Route de Carcosa] Scénario Baisser de Rideau !! Spoil !!! [Résolu]
» Agnès (narration longue): le dévoreur du dessous.
» (baisser de rideau) questions sur le scénario - SPOILER
» Retour du magazine Casus Belli
» [BLOG] BIONICLE DESTINÉE, le retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horreur à Arkham JCE :: Rencontres et Evenements :: Résultats et Reports-
Sauter vers: